Résultats : Scor affiche de belles performances trimestrielles, bénéfice net et marge en hausse

Le réassureur français Scor a enregistré au troisième trimestre un bénéfice net en hausse de 18% à 111 millions d’euros, supérieur aux attentes et soutenu par une augmentation des primes et des marges en nette amélioration, selon un communiqué publié vendredi. Les analystes tablaient sur un résultat net de 98 millions d’euros, selon le consensus établi par Dow Jones Newswires.

Cette progression s’appuie notamment sur une forte baisse de la sinistralité, après un premier semestre marqué une série d’événements d’ampleur, principalement les tremblements de terre survenus en Haïti et au Chili, ainsi que la tempête Xynthia.

Alors qu’il s’affichait à 102,8% sur les six premiers mois de l’année, le ratio combiné en réassurance non-vie (coût des sinistres et frais généraux rapportés aux primes perçues) est descendu à 94,9% au troisième trimestre.

Malgré la baisse de la sinistralité, Scor a néanmoins dû enregistrer une charge avant impôts de 25 millions d’euros liée au tremblement de terre survenu en Nouvelle-Zélande début septembre. Des inondations au Danemark lui ont également coûté 15 millions d’euros.

Pour l’ensemble de l’année 2010, la branche non-vie, Scor global P&C maintient son objectif d’un ratio combiné net inférieur à 100% hors événements exceptionnels. Il se situe à 99,9% sur les neuf premiers mois. Il vise également un volume de primes brutes émises à taux de change constants en hausse de 5 à 6%, soit environ 3,6 milliards d’euros. Elles atteignaient 2,77 milliards fin septembre.

En réassurance vie, Scor connaît un bond de sa marge opérationnelle, à 6,6% sur les trois premiers trimestres de 2010 contre 5,2% sur la même période de 2009. Sur le seul troisième trimestre, la marge atteint 7,9%, chiffre présenté comme un record par Scor.

Cette performance traduit, selon le PDG Denis Kessler, “la qualité de la souscription” du groupe, marquée par la prudence, ainsi qu’une meilleure rentabilité des placements (3,7% de rendement annualisé sur 9 mois contre 2,1%) et de moindres dépréciations d’actifs, a-t-il expliqué lors d’une conférence téléphonique.

Par ailleurs, M. Kessler a rappelé que Scor avait volontairement réduit son activité de rentes indexées aux Etats-Unis, car sa rentabilité était jugée insuffisante.Cette décision a entraîné une baisse du volume de primes en réassurance vie (-4% sur 9 mois) mais contribué à l’amélioration des marges.

Globalement, M. Kessler a salué des “performances techniques extrêmement élevées” dans l’ensemble des activités du groupe. Outre la rentabilité, les revenus sont eux aussi en hausse de 8%, alors que le marché tablait sur une légère baisse de 1,8%, selon le consensus de Dow Jones Newswires.

La croissance est tirée par la réassurance non-vie (+21%), alors que la réassurance vie pâtit de l’effet déjà mentionné sur les rentes indexées aux Etats-Unis.

Pour 2011, M. Kessler anticipe “une situation assez proche de 2010 en termes de conditions et de prix” pour les renouvellements du début d’année. “L’offre et la demande de réassurance s’équilibrent pour l’essentiel”, a-t-il expliqué.

Pour le PDG du réassureur français, la demande de réassurance devrait augmenter vers fin 2011 ou début 2012, à mesure qu’approchera l’entrée en vigueur du nouveau cadre réglementaire européen, appelé Solvabilité II.

Paris, 5 novembre 2010 (AFP)