Résultats 2018 : Activité en croissance pour le SNSA

Assistance

Les principaux acteurs français de l’assistance aux personnes ont réalisé un chiffre d’affaires en progression de 7,4% à 3,3 milliards d’euros en 2018 en France, selon un communiqué publié jeudi par le Syndicat national des sociétés d’assistance (SNSA).

En tenant compte de leur activité à international, les sociétés d’assistance font grimper leurs revenus à 9,3 milliards d’euros. En France, près de 60% des revenus, soit près de 2 milliards d’euros, sont réalisés dans l’assistance automobile dont le chiffre d’affaires progresse de 7,7% en un an.

Quelque 6,9 millions de dossiers ont été traités par les professionnels de l’assistance automobile qui dématérialisent progressivement leurs procédures (suivi du dépannage par géolocalisation, remboursements dématérialisés chez certains acteurs, pré-déclaration en ligne). Parmi-celles ci, le missionnement automatique qui permet à la société d’assistance d’échanger via application mobile avec un dépanneur-remorqueur afin de gagner en efficacité de traitement des dossiers.

Via le système Nomad, développé par le SNSA, 1,9 million de dossiers ont été traités, est-il
mentionné. Le syndicat professionnel souligne le lent démarrage de “l’Ecall 112”, système d’appel d’urgence automatique en voiture devenu obligatoire en Europe depuis avril 2018.
“Dans deux ans, le dispositif pourrait s’étendre aux cars, poids lourds et deux roues à moteur”, précise le SNSA .

L’organisme ajoute que ses adhérents ont désormais accès au Système d’immatriculation des véhicules (SIV) et au Fichier des véhicules assurés (FVA) leur permettant de gagner du temps dans la gestion des urgences. L’assistance voyage et déplacement, qui représentant 15% du chiffre d’affaires total du secteur, affiche également une progression de ses revenus de 5% à 506 millions d’euros.

L’an dernier, les professionnels de l’assistance ont testé pour la première fois après le séisme de Lombok (Indonésie) en août, le fonctionnement d’une cellule de crise conçue avec le ministère des Affaires étrangères pour gérer “des événements de grande ampleur se déroulant à l’étranger” et impliquant des ressortissants français, clients de plusieurs sociétés membres.

Ce dispositif facilité l’échange d’informations entre assisteurs et le ministère afin de coordonner efficacement les moyens mis en œuvre et d’obtenir “une communication centralisée et synthétique des éléments”. Concrètement, un assisteur de garde, désigné pour un trimestre, prévient le ministère en cas d’événement de grande ampleur et devient coordinateur des actions à mener entre les différents assisteurs et le contact de référence du ministères des Affaires étrangères. Créé en 1981, le SNSA regroupe 9 sociétés d’assistance qui représentent 96 % de la profession.