Résultats 2013 : Bénéfice de 9 milliards de dollars pour l’assureur AIG

AIG renoue avec de forts bénéfices au terme d’une année 2013 relativement calme en termes de sinistres, et qui confirme le recentrage sur les activités d’assurance.

L’assureur américain AIG, en plein recentrage, a quasiment triplé ses bénéfices en 2013, année marquée par une absence de sinistres majeurs et davantage de primes encaissées.
Décidé à se délester de tous ses actifs non stratégiques, le groupe qui comptait 63.000 salariés fin 2012, a annoncé avoir versé 265M de dollars d’indemnités de licenciements au quatrième trimestre sans pour autant indiquer le nombre d’emplois qu’il a supprimés.

Son bénéfice net annuel est ressorti à 9,08Mds de dollars, contre 3,43Mds un an plus tôt, selon les résultats publiés jeudi. Rapporté par action et hors éléments exceptionnels, référence à Wall Street, le bénéfice ajusté a dépassé de 16 cents la prévision moyenne des analystes à 4,56 dollars, indique l’assureur qui est repassé dans le vert au quatrième trimestre.

Sur ces trois derniers mois, l’assureur a même enregistré un bénéfice de 1,97Md de dollars, contre une perte de 4Mds de dollars un an plus tôt. Le bénéfice par action est ainsi de 19 cents supérieurs aux attentes, à 1,15 dollar.

Toutefois, les revenus ont reculé, conformément aux attentes, à 33,95Mds de dollars, en baisse de 2,6% sur un an, et 8,62Mds (-0,1%) sur le quatrième trimestre. L’action montait de 1,33% à 50,25 dollars dans les échanges suivant la clôture de la séance à Wall Street.

2013, année sans élément exceptionnel

En 2012, la performance avait été grevée par de gros éléments exceptionnels: AIG avait dû passer une provision de 2Mds de dollars liés à l’ouragan Sandy et une perte comptable de 4,4Mds de dollars en raison de dépréciations de valeur due à la vente retardée d’ILFC, sa filiale de location-vente d’avions.

Fort de sa santé retrouvée, l’assureur a augmenté de 25% le dividende qu’il va distribuer à ses actionnaires et va racheter pour 1Md de dollars d’actions supplémentaires. Sauvé de la faillite par le gouvernement américain au plus fort de la crise immobilière en 2008, AIG a renoué avec une distribution des dividendes en 2012.

“Notre solide performance aussi bien au quatrième trimestre que sur l’ensemble de l’année 2013 constitue une étape réussie dans notre stratégie visant à nous concentrer sur nos activités principales dans l’assurance” a commenté le directeur général Robert Benmosche, cité dans le communiqué.

La vente d’ILFC confirmée, baisse des sinistres en dommages

L’assureur a réussi à se débarrasser, après quatre ans de mise en vente, d’ILFC, considérée comme un actif non stratégique et cédée pour 5,4Mds de dollars à la société de location d’avions AerCap. La transaction, qui a été approuvée jeudi par les actionnaires du groupe néerlandais, devrait lui permettre d’accélérer son repositionnement. Elle devrait être finalisée au cours du second trimestre de l’année.

Dans la division assurance dommages, AIG a versé moins d’indemnités comparé à l’année précédente, considérée comme une période noire pour l’ensemble du secteur du fait de catastrophes naturelles importantes. Les primes encaissées ont pour leur part augmenté à 8,03 milliards de dollars contre 7,81Mds en 2012. Mais il ne précise pas si c’est cette augmentation est due à un relèvement de ses prix ou à l’enregistrement de nouveaux assurés.

A propos de la situation en France et de la stratégie 2014, retrouvez l’interview de Fabrice Dommange, directeur général d’AIG en France.

(Avec AFP)