Résultats 2012 : Munich Re relève légèrement ses objectifs annuels après un bon deuxième trimestre

    Logo de Munich Re

    Le premier réassureur mondial, l’allemand Munich Re, a légèrement relevé ses objectifs de résultats annuels, à la faveur d’un bon deuxième trimestre, moins affecté que l’an dernier par les catastrophes naturelles et par la crise de la dette en zone euro.

    « Après un deuxième trimestre très satisfaisant, nous sommes en bonne voie pour probablement légèrement dépasser notre objectif initial de bénéfice net annuel” de 2,5Mds d’euros, a déclaré mardi le patron du groupe, Nikolaus von Bomhard, à l’occasion d’une conférence de presse.

    A mi-parcours Munich Re a déjà réalisé plus de la moitié de cet objectif (1,6Md d’euros).

    Le groupe a aussi légèrement relevé sa prévision d’entrées de primes brutes, qui équivaut en assurance au chiffre d’affaires : à taux de change constant il attend désormais entre 50 et 52Mds d’euros d’entrées de primes brutes cette année, contre une fourchette précédente comprise entre 49 et 51Mds d’euros.

    Grâce à ces annonces, l’action Munich Re était en bonne hausse à la Bourse de Francfort vers 8H48 GMT (+0,85% à 118,6 euros, sur un indice Dax en hausse de 0,39%).

    Le groupe a fait nettement mieux que prévu au deuxième trimestre : son bénéfice net s’est élevé à 808M d’euros, en hausse de 9,8% sur un an, alors que les analystes anticipaient une baisse de près de 7%.

    Son bénéfice opérationnel sur la période s’est établi à 1,11Md d’euros, en hausse de 16,4% sur un an. Ses entrées de primes brutes ont augmenté de 5,5% sur un an, à 12,6 milliards d’euros, profitant toujours de hausses des tarifs dans certaines régions durement frappées l’an dernier par les catastrophes naturelles.

    Les dépenses liés à l’indemnisation des catastrophes naturelles au deuxième trimestre ont reculé de 29% sur un an à 452M d’euros. Le réassureur a passé une provision de 160M d’euros liée à la sécheresse aux Etats-Unis, avec ses lourdes conséquences pour le secteur agricole.

    Les tornades aux Etats-Unis en mars et avril lui ont coûté 135M d’euros, dont 80M au deuxième trimestre, et le groupe prévoit un dommage supérieur à 50M d’euros mais inférieur à 100M d’euros causé par les tremblements de terre en Italie au printemps.

    Dans l’assurance primaire sa filiale Ergo est en chantier : elle a annoncé fin juillet la suppression de 1.350 postes dans ses services de distribution et d’administration en Allemagne à partir de 2014, afin de dégager 164M d’euros d’économies par an.

    Le groupe prévoit par conséquent de passer au second semestre une provision sur les futurs coûts de restructuration d’Ergo. Ces coûts n’ont pas encore été chiffrés car leur importance dépendra de l’issue des négociations avec les représentants du personnel, a expliqué le chef de la division assurance, Torsten Oletzky, lors de la conférence de presse.

    Dans ses activités de portefeuille, Munich Re a profité notamment de la réduction de son exposition aux pays en difficulté de la zone euro, qui avait considérablement affaibli ses résultats l’an dernier. Au 30 juin il n’avait plus d’obligations grecques et portugaises notamment.

    Mais en raison du contexte généralisé et durable de faibles taux d’intérêt, le rendement de son portefeuille devrait ralentir à 3,5% sur l’ensemble de l’année, contre 3,8% au premier semestre.

    Francfort, 7 août 2012 (AFP)