Résultats 2011 : Axa résiste et tient le cap du plan quinquennal

Au-delà des résultats, le groupe Axa est dans la ligne de son plan Ambition 2015 : faire des économies, faire preuve d’une meilleure sélectivité et améliorer les marges.

Pour Henri de Castries, 2011 pour Axa c’est « un résultat solide dans un environnement compliqué ». Cette ritournelle de ces dernières années est loin d’être propre au premier assureur français, mais montre que le groupe résiste malgré les vicissitudes économiques environnantes. En 2011, Axa a connu une légère contraction de son chiffre d’affaires à -2% pour une hausse de son résultat opérationnel de 2% et une envolée de son résultat net de 49%.

En chiffres, le CA atteint 86Mds d’euros, le chiffre d’affaires opérationnel 3,9Mds d’euros et le résultat net 4,3Mds d’euros dont 2,3Mds d’euros de plus-values de cession réalisées par la vente des filiales australienne et néo-zélandaise, la participation dans l’assureur chinois Taikang Life et les activités canadiennes. Des résultats qui dans le détail font la part belle à l’assurance de dommages, dont le chiffre d’affaires s’apprécie de 3% (27Mds d’euros) et le résultat de 16% (à 1,8Md d’euros) alors que l’activité Vie, épargne, retraite recule de 4% (à 52Mds d’euros) de chiffre d’affaires et même de 9% (à 2,3Mds d’euros) pour le résultat opérationnel.

Si l’assurance de dommages a bénéficié d’une année particulièrement clémente en terme de catastrophes naturelles, Axa n’étant pas assureur en dommages au Japon ou en Australie. De fait, le ratio combiné courant, qui ne tient pas compte des boni des années antérieures, passe sous la barre des 100 à 99,6% contre 102,6 l’an passé. Avec plus d’1,5 million de nouveaux contrats nets, le dommage s’est particulièrement distingué, bénéficiant des bonnes évolutions dans les « marchés à forte croissance » (+16% de CA) et dans le direct (+8% de CA).

En cherchant les meilleures marges, Axa a également accéléré sur la prévoyance. Le volume des affaires nouvelles sur ce secteur a augmenté de 13%, les marges sur affaires nouvelles de 47%. Autre point soulever lors de la mise en place d’Ambition 2015, les économies. Sans être plus précis, elles se sont élevées à 300M d’euros pour la période « dans les objectifs du groupe » a annoncé Henri de Castries.