Résultats 2011 / Assurance-vie : CNP Assurances réalise un tiers de la collecte nette du marché français

Le siège de CNP Assurances à Paris

CNP Assurances réalise une collecte nette en France de 2,6Mds d’euros, soit 34,9% d’un marché français tombé à 7,6Mds d’euros.

Premier assureur de personnes en France, CNP Assurances a vécu une année 2011 relativement meilleure que le marché en France. En assurance-vie notamment, le groupe fait état d’un niveau de collecte qui est toujours resté positif – à la différence du marché qui a connu quatre mois de décollecte – et signe une performance globale qui lui permet de compter pour un tiers de la collecte nette totale.

Les produits CNP Assurances sont notamment distribués via deux grands réseaux historiques que sont la Banque Postale et les Caisses d’Épargne.
Pour la première, le chiffre d’affaires ne recule « que » de 4,1% (-8,7% pour CNP) en 2011 par rapport à 2010. Les unités de compte sont en hausse « de plus de 20% en deux ans » précise CNP. La collecte nette pour 2011 est de 1,203Md d’euros, une « formidable performance » selon Gilles Benoist, directeur général de CNP Assurances.

Pour l’autre réseau phare, celui des Caisses d’Épargne, la collecte nette est tout aussi « bonne » pour Gilles Benoist, à 970M d’euros, malgré une baisse sensible de la collecte brute. Celle-ci s’est en effet repliée de 16,5% à 8,8Mds d’euros.

Gilles Benoist a aussi évoqué « un tournant » pour l’assurance-vie, en France comme en Italie, deux pays très marqué par le ralentissement de la collecte chez CNP Assurances. Le directeur général a ainsi parlé d’un « volume à attendre moindre » pour les versements futurs. Rappelant les éléments qui ont engendré la hausse des rachats, à savoir le désendettement des ménages, les besoins de pouvoir d’achat, Gilles Benoist a estimé que l’assurance-vie redeviendrait un produit d’épargne à long terme. « L’assurance-vie va retrouver sa vraie vocation, qui n’est pas de concurrencer des produits bancaires de court terme, mais de constituer une vraie réserve d’épargne longue et de financer les retraites et la dépendance ».