Résultats 2011 : Ageas signe une mauvaise année à cause de la Grèce et de l’assurance-vie

L’assureur belge Ageas a enregistré en 2011 une perte nette de 578M d’euros, une mauvaise performance qu’il explique par les « conditions difficiles sur les marchés financiers », notamment en raison des dépréciations sur les obligations souveraines grecques.

Le titre résistait cependant à la Bourse de Bruxelles lundi matin, perdant 0,47% à 1,70 euro vers 09H30 GMT. En 2010, Ageas avait réalisé un bénéfice net de 223M d’euros, après 1,29Md en 2009.

« L’année 2011 a été marquée par un contexte financier difficile. Notre résultat a subi de plein fouet les charges de dépréciations sur les obligations souveraines grecques », a expliqué dans un communiqué le patron d’Ageas, Bart De Smet.

Les activités d’assurance ont enregistré un résultat négatif de 313M d’euros (alors qu’il avait été positif de 391M d’euros en 2010), comprenant un total net de charges de dépréciations de 908M d’euros.

L’encaissement brut a diminué de 4% à 17,2Mds d’euros, avec une situation contrastée entre vie et non-vie: l’encaissement vie a reculé de 13% à 12,3Mds d’euros, tandis que l’encaissement non-vie a progressé de 31% à 4,9Mds d’euros.

M. De Smet explique le recul de l’encaissement vie en Europe par « des turbulences sur les marchés et une concurrence accrue », mais souligne la « croissance impressionnante » réalisée dans les activités non-vie au Royaume-Uni.

Malgré les pertes, Ageas proposera un dividende brut en numéraire de 8 centimes d’euro par action, soit un niveau stable par rapport à 2010. « Cette proposition de dividende reflète notre totale confiance dans la solidité de l’entreprise et dans la rentabilité sous-jacente de ses activités », a souligné M. De Smet.

Ageas est l’héritier du bancassureur belgo-néerlandais Fortis, démantelé pendant la crise financière en 2008-2009.

Bruxelles, 20 février 2012 (AFP)