Récompense : Les lauréats 2011 du prix OCIRP “Acteurs Économiques & Handicap”

    L’OCIRP s’engage en faveur de l’intégration des personnes en situation de handicap avec sa 4e édition du Prix « Acteurs Économiques & Handicap » et valorise des projets innovants, éducatifs ou de sensibilisation pour faire de la différence, une richesse.

    Cette édition du 23 juin 2011 à la Bibliothèque nationale de France, placée sous le haut patronage du ministère de l’Éducation nationale, a permis de remettre huit trophées à des acteurs économiques, grandes entreprises, TPE/PME, associations et coopératives.

    Le président du jury, Axel Kahn, président de l’Université René Descartes et les partenaires du Prix, l’AGEFIPH, l’ANDRH, le CCAH, le FIPHFP, la FIRAH et l’ODAS ont félicité les lauréats pour leurs actions remarquables.

    Lauréats du prix « Acteurs publics »

    Le groupe La poste, direction du courrier – Paris (75). Un dispositif de formation autour de la Langue des signes française (LSF) a été mis en place pour répondre à la demande de postiers atteints d’un handicap auditif. Au-delà de la traduction de certaines formations en LSF, dont une centaine de postiers malentendants a bénéficié jusqu’à présent, managers et postiers entendants sont également formés aux « basiques de la LSF ».

    L’Intercommunalité du Seapfa – Villepinte (93). L’action intercommunale « Intégrathlon » vise à favoriser la pratique sportive entre personnes handicapées et valides, et à sensibiliser les plus jeunes au handicap. Impliquant 1 600 écoles, elle sera développée successivement pendant cinq ans dans cinq villes de Seine-Saint-Denis. Le projet a vocation à être étendu à d’autres villes et transposé dans d’autres domaines, tels que la culture.

    Lauréats du prix « Acteurs privés »

    J’en crois pas mes Yeux – Paris (75). Conçu pour sensibiliser les internautes sur les réseaux sociaux, le film J’en crois pas mes yeux permet d’apporter des réponses concrètes quant aux attitudes à adopter au quotidien face à un non-voyant. Comportant douze épisodes ludiques mettant en scène un aveugle et une personne valide, il bénéficie d’une large diffusion sur la toile.

    Thalès – Neuilly (92). Mis en œuvre dans les Alpes-Maritimes pour favoriser l’autonomie d’élèves déficients visuels, EyeSchool est une solution nomade permettant de visualiser un tableau de classe et de traiter des documents. En 2010-2011, 4 300 élèves ont pu en bénéficier. Thales espère convaincre le ministère de l’Éducation nationale d’adopter cette innovation au niveau national.

    Lauréats du prix « Acteurs de l’économie sociale »

    Martin et co. – Niort (79). Portée dans les Deux-Sèvres par le cabinet Martin et Co., la pairémulation consiste à mettre en relation deux personnes en situation de handicap : une personne ayant surmonté les conséquences de sa situation fait profiter de son expérience à une personne en recherche d’autonomie. Entre 2007 et 2010, une trentaine d’accompagnements ont été soutenus.

    L’association KaeLLi – Les ateLiers Desmaé – Lyon (69). Les ateliers ont conçu, en 2008, un prototype de plancher vibrant afin de développer la pratique de la danse auprès de personnes déficientes auditives. Cette innovation unique en France a permis à plus de 400 personnes d’approcher cette activité corporelle et d’attirer l’attention du grand public à travers des spectacles.

    Le CNED – Toulouse (31). Il a créé en 2008 une mallette pédagogique afin de proposer un parcours partagé d’initiation à l’histoire de l’art aux enfants voyants et malvoyants, à leurs familles et aux personnels enseignants. Facilement transportable, la mallette contient de nombreux outils pour guider cette découverte et sensibiliser tous les jeunes au handicap visuel.

    Lauréat du prix « Coup de cœur »

    Le CMRRF De Kerpape – Ploemeur (56). Initiée par le Centre mutualité de rééducation et réadaptation fonctionnelle de Kerpape, la démarche précoce d’insertion socioprofessionnelle accompagne les personnes handicapées dès leur phase active de soins dans l’établissement. L’année dernière, quarante personnes ont pu profiter de la téléformation à distance délivrée par l’espace de mobilisation professionnelle précoce (EMPP), créé en 2001.