Réassurance / Piraterie : Munich Re déplore l’installation d’armes sur les navires

Munich Re met en garde les armateurs contre la l’installation d’armes à bord des navires pour faire face à la piraterie. Le réassureur craint de fait une  recrudescence des attaques violentes sur les bateaux de commerce et les pétroliers.

Munich Re a récemment fait part de son inquiétude quand à l’augmentation des armes à bord des navires. Pour lutter contre la piraterie, de plus en plus d’armateurs font appel à des tireurs d’élite ou à des systèmes de défenses sur leurs bateaux. Les compagnies maritimes sont aujourd’hui prêtes à tout pour contrer une piraterie croissante et protéger les navires de commerce et les pétroliers dans la mer d’Oman et l’océan Indien. Une surenchère qui peut aller jusqu’à 6.000 euros par jour

Selon Dieter Berg, responsable de la division marine du réassureur, cette course aux armes risque de provoquer plus d’attaques agressives. « Les pirates sont souvent eux-mêmes d’anciens membres des forces de sécurité et ils s’adaptent à la menace. À un certain moment ils vont riposter » ajoute le responsable.

Le coût de la piraterie explose

La piraterie coûterait entre 7 et 12Mds de dollars par an. Face à ces chiffres, les expéditeurs doivent faire face à la hausse du coût des assurances. Depuis 2008 et la mise en place d’offres contre la saisie de navires et les demandes de rançon, les prix ont grimpé. Aujourd’hui les rançons coûtent en moyenne autour de 4 à 5M de dollars par navire.

« Les réclamations pour dommages ont augmenté plus rapidement que les primes réglées jusqu’à maintenant », a déclaré Dieter Berg, avertissant que les pertes pourraient être beaucoup plus grandes et entraîner des dommages à l’environnement en cas de naufrage. « Nous ne savons pas comment cela va évoluer, mais la tendance est à un nombre croissant d’attaques de pirates », a t-il ajouté. « Nous avons également constaté une hausse des mauvais traitements et de la torture des équipages, ce qui est une escalade extrême », conclut le responsable.

L’année dernière, des pirates ont capturé 52 navires, dont 49 au large des côtes de la Somalie. Actuellement, 31 navires et plus de 700 membres d’équipage sont toujours pris en otage dans le monde.

Source : Insurance Journal