Quand le web 2.0 se met au service de l’assurance vie : j’épargne-Utile.com

    0

    jepargne-utile.com

    Vous voulez à la fois une fiscalité avantageuse, un contrat sur-mesure et une assurance vie éthique ? C’est toute l’ambition que vous propose le site jepargne-utile.com.
    Une démarche engagée traitée de manière pertinente avec un style 2.0 (notamment avec le blog dit “écolo” qui va avec : blog.jepargne-utile.com).
    Voilà donc une manière originale de promouvoir des contrats d’assurances vie et des FCPI sur le net.

    On retrouve aussi beaucoup de contenus et de pédagogie autour de l’environnement durable et de l’investissement responsable. Ainsi on retrouve sur le site des interview et des vidéos sur lesquelles les gérants de fonds livrent leur stratégie en toute transparence.

    J’ai beaucoup apprécié la démarche, très markétée des 3 P :

    Le principe des trois « P » :

    Social – People
    L’entreprise prend en compte les conséquences sociales de son activité pour l’ensemble de ses parties prenantes (clients, fournisseurs, salariés, riverains, actionnaires etc.) et répond au mieux à leurs attentes. Privilégier de bonnes conditions de travail, promouvoir l’égalité des chances au sein de l’entreprise, respecter la liberté syndicale, mener une politique d’hygiène et sécurité, prévenir les accidents, pratiquer une politique de rémunération annuelle équitable.

    Environnemental – Planet
    Recherche d’une compatibilité entre l’activité de l’entreprise et le maintien des écosystèmes. Une entreprise doit avoir une vue en amont et en aval de ses responsabilités sur l’environnement. En amont, elle quantifie et réduit ses prélèvements de ressources (surtout si elles sont rares !) et privilégie les énergies renouvelables : énergie solaire, éolienne, hydraulique, … Et, en aval, une politique de diminution des déchets, de recyclage voire de réutilisation, des programmes de reforestation sont des exemples de compensation des émissions de gaz à effet de serre.

    Economique – Profit
    Recherche de la performance économique classique complétée par une contribution au développement d’un territoire. Ce dernier principe suppose l’absence de corruption et la transparence du mode de gouvernance de l’entreprise.