Prudential : Accord avec la FSA pour le rachat d’AIA

Le groupe d’assurances britannique Prudential a trouvé avec le régulateur des marchés britanniques, la FSA, un accord de nature à sauver son rachat à 35,5Mds de dollars d’AIA, branche asiatique de l’américain AIG, a assuré dimanche le Sunday Times.

Prudential a accepté de constituer un fonds d’1Md de livres (1,16Md d’euros) qui pourrait lui permettre d’affronter des situations d’urgence, afin de tranquilliser la FSA (Financial Services Authority) sur la solidité de ses réserves en capital, et les détails pourraient en être annoncés dès lundi matin, selon le journal.

L’assureur a aussi accepté de modifier certains détails du rachat, assure le Sunday Times. Prudential avait stupéfié les marchés mercredi dernier en annulant au dernier moment la publication des détails financiers de l’opération, la plus importante jamais réalisée dans le secteur de l’assurance. Le groupe avait indiqué alors que certains détails concernant son capital n’avaient pas encore été réglés avec la FSA.

Selon le journal, le fonds d’un milliard de livres a été surnommé « Armageddon » par la direction de Prudential, qui souligne ainsi qu’il faudrait vraiment une catastrophe pour qu’il ait un jour à être utilisé. Prudential avait dû aussi, vendredi, repousser sine die l’assemblée générale des actionnaires qui devait voter sur le rachat le 27 mai, ainsi que son introduction en Bourse à Hong Kong et Singapour, prévue pour mardi.

Malgré l’accord qui semble avoir été trouvé avec la FSA, et sur lequel ni celle-ci ni Prudential n’ont voulu faire de commentaires, il n’est pas encore certain que Prudential obtiendra l’accord de ses actionnaires le 27 mai. Ceux-ci, déjà critiques pour certains quant à l’énormité du rachat, qui implique notamment une augmentation de capital de 20Mds de dollars, ont pu être rendus plus méfiants encore par les péripéties des derniers jours.

Quelques-uns ont déjà laissé entendre publiquement que le directeur général de Prudential, le franco-ivoirien Tidjane Thiam,devrait démissionner s’il ne parvenait pas à mener cette affaire à bien.

Londres, 9 mai 2010 (AFP)