Placement / Investissement : Obligations plutôt qu’actions, entreprises plutôt qu’États

Après avoir investi sur toutes les classes d’actifs en janvier, les investisseurs européens ont été plus sélectifs en février.
Les fonds à long terme ont collecté plus de 15 milliards d’euros, et la grande majorité de ces souscriptions est revenue aux fonds obligataires, qui ont connu les entrées de capitaux les importantes depuis janvier 2010. Les fonds d’allocation d’actifs et d’obligations convertibles ont également enregistré des afflux conséquents.

Les fonds d’actions ont accusé des rachats nets, un retour vers la tendance à plus long terme de sorties de capitaux sur cette classe d’actifs, et en dépit de marchés actions toujours vigoureux. Pendant ce temps, les fonds du marché monétaire ont vu s’éloigner plus de 13 milliards d’euros.

Quelques tendances sont évidentes. Premièrement, les investisseurs sont loin d’être optimistes. Une incertitude persistante, particulièrement en Europe, étouffe les flux vers les actions. Les catégories actions Morningstar concentrées sur les zones perçues comme à faible croissance (l’Europe, le Royaume-Uni et les États-Unis) ont principalement enregistré des sorties de capitaux nettes en février. Sans surprise, les catégories actions les plus populaires le mois passé étaient centrées sur les marchés émergents, les actions internationales et l’Asie.

Deuxièmement, les investisseurs ont soif de rendement. Les taux d’intérêt sont bas et présentent peu de signes de hausse. Les flux obligataires ont été dominés par les obligations privées, particulièrement celles à haut rendement. Parmi les fonds d’actions, M&G Global Dividend, focalisé sur le thème du dividende, a connu ses meilleurs flux mensuels en février. Ce fonds, auquel les analystes de Morningstar ont attribué la note « Silver », a attiré plus de 400 millions d’euros, ce qui a fait de ce fonds l’un des plus populaires d’Europe. Pendant ce temps, M&G Optimal Income était en tête de tous les fonds d’allocation d’actifs avec 501 millions d’euros d’entrées de capitaux.

Troisièmement, les investisseurs considèrent que le bilan des sociétés est plus sain que celui des gouvernements occidentaux. Ils estiment qu’il existe un risque de change et de crédit au sein des obligations d’État. Outre les sorties de capitaux sur les marchés monétaires, les fonds obligataires à ultra-court terme en EUR ont souffert de près de 2 milliards d’euros de décollecte. Mais les bénéfices et les bilans solides dans la plupart des secteurs poussent les investisseurs à apprécier le profile risque-rendement des obligations privées, et ils considèrent probablement les titres à haut rendement et convertibles comme une sorte de juste milieu entre les actions et les obligations. En février, les fonds d’obligations convertibles ont connu leur premier mois d’entrées de capitaux depuis avril 2011.

Remarques sur les données : Les chiffres de ce rapport ont été compilés le 22 mars 2012. Ils incluent plus de 27 000 des 31 000 fonds suivis par Morningstar et gérés par 1 100 sociétés dans 29 pays. Entre 1 et 4 milliards d’euros d’actifs sous gestion de ces groupes ne sont pas inclus parce que les actifs de certains fonds n’étaient pas déclarés à la date de publication : Allianz, Evli, Carnegie, Pareto, Lannebo, Crédit Mutuel et Amundi. Les fonds de BlueBay ne sont pas inclus dans ce calcul.

Les Italiens se ruent sur les fonds obligataires à échéance
Certains des plus grands gagnants de ces derniers mois ont été les fonds obligataires à échéance, principalement vendus en Italie. Des fonds tels que Pioneer Structured Solution Fund—Obbligazionario Euro 06/2016 et Invest Solu Cedola X 4 02 2012 représentent une partie importante des entrées de capitaux dans la catégorie Obligations – Autre de Morningstar. Les fonds attirent les investisseurs friands de rendement qui apprécient l’idée d’un fonds aligné sur leur horizon temporel. La conservation des liquidités en euros à moyen terme séduit également les Italiens, préoccupés par l’avenir du pays au sein de la zone euro.

Collecte pour les géants de l’obligataire
PIMCO, M&G et AllianceBernstein se sont adjugé la majeure partie des afflux de février vers les obligations. PIMCO GIS Global Investment Grade Credit et PIMCO GIS Global High Yield, ayant respectivement obtenu les notes « Silver » et « Bronze » de la part des analystes Morningstar, ont collecté 1,4 milliard d’euros à eux deux en février.

BNP Paribas est parvenu à contrarier la tendance des sorties de capitaux du marché monétaire en attirant plus de 3,5 milliards d’euros en février, principalement vers les fonds à court terme. En février, BNP Paribas a enregistré son meilleur mois depuis juillet 2009 du point de vue des souscriptions.

A l’autre extrême, Goldman Sachs a connu les sorties de capitaux les plus importantes depuis octobre 2008 sur sa gamme de fonds européens. Les fonds monétaires ont été concernés par la majeure partie des 6,3 milliards d’euros de rachats. JP Morgan, Amundi et BNY Mellon ont également souffert d’importantes sorties de capitaux sur le marché monétaire.

Dan Lefkovitz, Equipe de recherche européenne Morningstar