Objectifs / Perspectives : Axa dévoile un pan de ses objectifs à horizon 2015

De la maîtrise du ratio combiné courant en dommages, à la flexibilité financière et l’amélioration du taux de rendement en vie, épargne et retraite, Axa se prépare au niveau du groupe à cinq années ambitieuses. Surtout, le curseur ainsi déplacé vise les économies pour permettre des investissements toujours ciblés sur les marché “à fort potentiel et à forte marge” selon Henri de Castries.

A l’occasion des rendez-vous donnés aux investisseurs, Axa et Henri de Castries, son PDG, annoncent quelques objectifs financiers à horizon 2015.  Parlant tout à la fois des “challenges à court terme” dus à “l’environnement incertain” et “d’un potentiel métier intact sur le long terme”, Henri de Castries a présenté les ambitions du groupe Axa pour les prochaines annéees.

Les exigences sont simples : retrouver la profitabilité et la croissance, quitte à “moins souscrire”.  En se tenant à ces principes, Axa espère dégager assez de capital pour le réinvestir dans les zones et les activités à fort potentiel : la réallocation vers les pays émergents et vers les produits en unité de compte, la prévoyance ou… internet.

Dommages, Personnes et Vie-Epargne concernés

Dans ce plan de travail à horizon 2015, la branche dommages va voir ses tarifs augmenter de 3% en moyenne à travers le monde pour mieux maitriser son ratio combiné courant (qui était de 102,7 au premier semestre et 104,4 en 2009) et ainsi le porter à 100 dès 2011. L’objectif est de le situer entre 96 et 100 par la suite. Dans le même temps, le ratio combiné “classique”, c’est à dire avec les reprises de provisions des années précédentes pour l’améliorer n’a lui jamais dépassé les 99%.

Cette volonté est agrémentée d’une volonté logique de réduire les coups de gestion, à hauteur d’1Md d’euros avant impôts, en diminuant de 4 points son ratio de frais généraux. “Nous avons par exemple les mêmes logiciels de gestion de sinistre au Canada, au Mexique et en France” expliquait Denis Duverne en guise d’exemple.

Surtout, en Vie, épargne et retraite, Axa renouvelle ses ambitions vers les produits en unités de compte avec « 20% d’augmentation des affaires nouvelles dans le total des affaires nouvelles d’ici 2015 ». Là encore, les gains de productivité doivent gagner 5 points de ratio pour un effet de 500M d’euros avant impôts d’ici 2015. Sans rogner sur les commissions puisque Henri de Castries et Denis Duverne ont parlé de “gros commissionnement” sur certains produits pour inciter les réseaux à les vendre. “Nous devons aussi avoir des réseaux qui conseillent et guident nos clients pour ne plus être des investisseurs ‘pro-cycliques'” ajoutait Henri de Castries.

Reste que la stratégie est avant-tout de gagner de l’argent, message logique quand on s’adresse aux investisseurs. Pour ce faire, Axa, bien engagé sur la vente d’APH et le rachat des activités asiatiques, entend poursuivre son développement dans les zones géographiques à fort potentiel. La part des pays émergents dans le CA devrait être de 12%, avec les activités asiatiques d’Axa APH acquises contre 7% actuellement. Surtout, les pays émergents pourraient à terme regrouper 30% des affaires nouvelles.