Notation : Fitch attend peu de l’assurance non-vie française pour 2010-2011

L’agence de notation Fitch Ratings maintient sa perspective « négative » sur les notes des assureurs non-vie en France pour les 12 à 18 prochains mois. Parallèlement, la perspective est révisée à « stable » pour l’assurance-vie.

« Au stade actuel du cycle, Fitch n’observe aucune probabilité d’amélioration de la rentabilité des assureurs non vie pour l’exercice 2010 » prévient le rapport qu’a publié Fitch Ratings à propos de l’assurance en France. L’assurance non-vie pâtit en effet d’une forte dégradation de la sinistralité sur l’année 2009 et le début d’année 2010.

De ce fait, les notes des assureurs français pourraient être baissées par l’agence au cours des 12 à 18 prochains mois.

« Défis importants » et « redressement incertain »

Les effets sur les tarifs tardent à porter leur fruit. Les hausses constatées en 2009 vont être reconduites en 2010. Malgré tout, l’agence de notation remarque que le « ratio combiné du secteur devrait demeurer élevé ». D’autant que les revenus financiers sont également envisagés à la baisse.

L’agence pointe du doigt à la fois « la capacité des assureurs non-vie à mettre en œuvre les augmentations tarifaires qui s’imposent alors que les catastrophes naturelles se font plus fréquentes » et un « marché des particuliers relativement saturé ».

Allant plus loin, Fitch remarque que les « choix politiques et sociaux effectués par la France ne permettent pas aux sociétés d’assurance privées d’étendre de façon importante leur champ d’intervention à certains segments » et cite particulièrement celui de la santé.

Stabilité en assurance-vie

Malgré ce tableau sombre en assurance non-vie, l’agence de notation a révisé sa perspective à « stable » en assurance-vie. Les notes devraient donc être confirmées « à mesure des mise à jour » prévient-elle.

Les éléments qui permettent à Fitch de tirer de telles conclusions sont connus de tous. La remontée des affaires nouvelles est affectée par les faibles marges sur les contrats en euros, qui restent les principaux produits commercialisés à ce jour en France. Point plus positif, les assureurs vie peuvent compter sur « l’écart entre les taux d’intérêts garantis sur les produits d’assurance vie (en moyenne 1%) et les taux servis par les assureurs vie (en moyenne 3,7% pour 2009) ».

L’importance de cet écart permet en effet aux assureurs de jouer sur la flexibilité des taux servis pour l’année 2010.

Comments are closed.