Marchés : Taiwan refuse l’offre faite sur Nan Shan Life, la filiale locale d’AIG

Les autorités de régulation taïwanaises ont refusé de donner leur feu vert mardi à l’offre d’un consortium de Hong Kong pour l’acquisition de Nan Shan Life, filiale taïwanaise du géant américain des assurances American International Group (AIG).

La demande formulée par China Strategic Holdings et Primus Financial Holdings, basés à Hong Kong, qui ont offert 2,15Mds de dollars américains, « n’a pas été approuvée par les autorités concernées », indique la Commission taïwanaise chargée des investissements dans un communiqué. Le refus des autorités taïwanaises de donner leur aval à cette transaction constitue un important revers pour AIG, jadis considéré comme le plus grand assureur du monde, et il étudie la manière dont il peut faire appel de cette décision.

En outre, ce rejet complique les cessions d’activités sur lesquelles il compte pour rembourser sa gigantesque dette à la Réserve fédérale et au Trésor américain, après l’échec de la vente de sa principale filiale asiatique d’assurance, AIA, au britannique Prudential. « AIG est déçu par la décision de la Commission des investissements … AIG va évaluer avec le consortium créé pour le rachat de Nan Shan l’éventualité ou non de faire appel », a indiqué l’assureur dans un communiqué.

L’assureur a souligné qu’il avait « collaboré avec les autorités de Taïwan depuis le début du processus de vente » et avait « répondu aux différents critères déterminés par la Commission d’investissements et d’autres instances de régulation ». Le consortium de Hong Kong peut faire appel de la décision dans un délai de 30 jours, mais les analystes estiment qu’il y a peu de chances qu’il obtienne gain de cause. « Même si China Strategic Holdings et Primus Financial Holdings font appel, les possibilités de succès sont très faibles », a jugé Mars Hsu de Grand Cathay Securities.

China Strategic Holdings et Primus Financial Holdings avaient conclu en octobre 2009 un accord pour l’acquisition de Nan Shan Life à hauteur de 2,15Mds de dollars américains. Mais l’annonce en novembre 2009 par China Strategic de son intention de vendre 30% de ses parts dans Nan Shan à Chinatrust Financial Holding, basé à Taipei, a fait planer l’incertitude sur cette acquisition. Le consortium n’a cessé de démentir les rumeurs apparues à la fin de l’année 2009, selon lesquelles des capitaux de Chine continentale étaient impliqués dans la transaction.

Après l’entrée en fonction du président Ma Ying-jeou en 2008, les relations entre Taïwan et la Chine se sont améliorées, permettant une levée partielle des restrictions imposées par Taipei sur les investissements chinois. Cependant le gouvernement de Taïwan continue d’imposer des restrictions dans des secteurs clés tels que la finance, la technologie des écrans plats et
des télécommunications.

Les inquiétudes concernant le manque d’expérience du consortium de Hong Kong en matière d’assurance et son incapacité à fournir un engagement à long terme sont à l’orgine de la décision de la Commission de Supervision Financière, le régulateur chargée de superviser le secteur de l’assurance, de bloquer la transaction. « La décision n’a rien à voir avec les inquiétudes concernant le fait que certains actionnaires du consortium représentent des capitaux de Chine (continentale) », a déclaré Fan Liang-tung, secrétaire exécutif de la Commission des investissements.

Nan Shan Life a été créé en 1963 et possède actuellement un réseau de 24 succursales et 450 agences, employant 4.000 personnes et plus de 34.000 agents. En septembre 2009, elle comptait quatre millions de clients.

TAIPEI, 31 août 2010 (AFP)