Marché : L’assurance-maladie pour animaux semble se développer en Suisse

Les soins accordés aux animaux de compagnie ressemblent de plus en plus à la médecine humaine, et les frais y liés peuvent s’avérer très élevés. La possibilité d’assurer son animal domestique est encore relativement peu connue du grand public, mais les propriétaires sont désormais de plus en plus nombreux à vouloir assurer leurs compagnons à quatre pattes. bonus.ch, un portail indépendant en Suisse qui offre une comparaison des assurances pour chiens et chats, s’est penché sur les données des utilisateurs ayant demandé une offre en ligne en 2011, en comparaison avec 2010.

Le nombre de propriétaires sollicitant des offres d’assurance pour leur animal domestique à travers bonus.ch double chaque année depuis trois ans. C’est dire si l’assurance pour animaux a le vent en poupe. En 2011, plus de la moitié de ces propriétaires avaient entre 30 et 50 ans. Contrairement aux idées reçues, il ne s’agit donc pas des personnes les plus âgées : la technologie liée au web est sans doute en cause. Par ailleurs, ce sont en majorité les femmes qui s’occupent de l’assurance de l’animal de la famille, et leur pourcentage monte en flèche depuis 2010.

L’assurance-maladie pour animaux semble se démocratiser : parmi les chiens et les chats que les propriétaires ont voulu assurer, la proportion d’animaux avec pédigrée est en diminution. Les propriétaires choisissent une couverture maximale, quitte à payer le prix fort. La grande majorité des demandeurs d’offres exigent des prestations sans limite de montant, préférant faire baisser la prime par une franchise plus élevée.

L’analyse des données met en évidence un autre fait intéressant : les chats sont de plus en plus nombreux à être équipés d’une puce électronique, signe que l’utilité d’un tel outil d’identification – pas obligatoire pour les félins suisses – est de plus en plus perçue par les propriétaires.

Une couverture d’assurance dès la naissance garantit une protection optimale. Cependant, encore environ la moitié des propriétaires n’assurent pas leur animal dans sa première année de vie, mais seulement entre un et quatre ans d’âge. Cela indique que la possibilité d’assurer son animal n’est pas encore suffisamment connue du public. Cependant, la progression du nombre d’animaux assurés de moins d’un an indique que cette lacune se comble progressivement.

bonus.ch propose un outil pour comparer les principaux prestataires d’assurance animaux helvétiques et demander une offre directement en ligne. Les différents paramètres souhaités (prestations, franchise, etc.) peuvent être ajustés pour trouver l’assurance la plus adaptée aux exigences du propriétaire.

Selon communiqué