Le FSB travaille avec 30 banques et assureurs sur le risque systémique

Le Conseil de stabilité financière (FSB) travaille avec trente banques et assureurs sur le risque systémique et sur la gestion de crises financières internationales, a indiqué lundi à l’AFP une source de marché, confirmant partiellement une information du Financial Times.

Le FT fait état d’une liste établie par le FSB qui comprend les établissements considérés comme systémiques, ce qui signifie que leur défaillance pourrait affecter l’ensemble du système financier.

Selon la source de marché, le FSB, organisme international, basé à Bâle en Suisse, n’aurait pas dressé de liste mais convié ces trente institutions à participer au groupe de travail qu’il a mis en place au printemps pour examiner la question de la “coopération transfrontalière dans le cadre de la gestion de crise”.

Ce groupe de travail est coordonné par le gouverneur adjoint de la Banque d’Angleterre, Paul Tucker.

Même si les trente établissements impliqués dans la réflexion sont bien considérés comme systémiques, ils ne figureraient pas sur une liste, car la crise financière a montré que la limite entre institutions systémiques et non systémiques est extrêmement complexe à identifier, selon la source. “Définir ce que constitue l’importance systémique s’est avéré difficile et la plupart des membres du G20 n’ont pas de définition formelle” de ce concept, reconnaissent le FSB, le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque des règlements internationaux (BRI), dans un document commun remis au G20 Finances et publié début novembre.

Parmi les trente établissements figurent 24 banques et 6 assureurs, dont les français Société Générale, BNP Paribas et Axa.

Interrogé par l’AFP, le FSB n’était pas en mesure de réagir immédiatement à cette information.

Paris, 30 nov 2009 (AFP)