Eiopa : L’assurance reste solide, même en cas de prolongation du Covid

Le siège de l'Eiopa en Europe
Le siège de l'Eiopa

Les assureurs européens ont les outils à leur disposition pour affronter les effets d’une nouvelle crise économique et financière provoquée par une persistance du Covid-19, a estimé jeudi le superviseur du secteur, l’Eiopa.

Le régulateur a mené un test de résistance, le premier depuis 2018, auquel ont pris part 44 assureurs et réassureurs comptant pour environ 75% du marché. Pour ce faire, l’Eiopa a imaginé un scénario dans lequel les marchés actions chutent de 45% dans l’Union européenne, les États voient ressurgir une crise de la dette sur fond d’insuffisance de la demande et dans lequel le marché de l’immobilier souffre d’une baisse des prix « significative ».

Le tout dans un environnement de taux qui demeure bas et qui pénalise le secteur. Alors que le ratio de solvabilité moyen, qui mesure la solidité d’une entreprise du secteur, était de près de 220% à fin 2020, en cas de nouvelle crise économique et en l’absence de mesure, il tomberait à 125,7% et neuf groupes passeraient sous la barre réglementaire de 100%.

Mais en prenant en compte les potentielles actions mises en oeuvre par les assureurs, la solvabilité moyenne remonterait à près de 140% et seuls deux groupes, qui n’ont pas été nommés, demeureraient sous les 100%. Malgré « la réduction importante de l’excédent d’actif par rapport au passif », aucun des participants n’a vu le montant de ses dettes dépasser celui de ses actifs, a ajouté l’Eiopa dans son communiqué.

« Cela confirme la capacité du secteur à tenir ses promesses envers les assurés dans un contexte d’évolution gravement défavorable de l’économie et des marchés », a conclu le superviseur européen. Malgré ce tableau positif dessiné par le régulateur, celui-ci s’inquiète
qu’« une portion du marché continue de dépendre lourdement de mesures transitoires ». Depuis 2016, les assureurs européens doivent en effet se conformer à la directive Solvabilité 2, qui leur impose de multiples obligations réglementaires.

Pour faciliter la transition avec le régime précédent, certaines souplesses ont été autorisées pendant une période transitoire qui court jusqu’en 2032. « Les entreprises devraient prendre des mesures concrètes pour réduire leur dépendance à l’égard des mesures temporaires », a souligné l’Eiopa. « 2032 n’est pas encore là (mais) 2022 est le moment de commencer » à agir, a appelé lors d’une conférence de presse Petra Hielkema, présidente de l’Eiopa, pour qui est cette dépendance est un motif d’inquiétude.

Que pensez-vous du sujet ?