Jean-Paul Votron, ex-directeur de Fortis refuse de comparaitre devant un tribunal néerlandais

Jean-Paul Votron, ancien directeur exécutif du bancassureur belgo-néerlandais Fortis, démantelé pendant la crise financière, ne s’est pas présenté vendredi devant un tribunal néerlandais où d’anciens actionnaires ont porté plainte contre lui, selon le tribunal.

“Son avocat a dit à la cour que M. Votron souhaitait témoigner en français devant un juge belge, en Belgique”, a dit à l’AFP Paul van Daalen, porte-parole du tribunal d’Utrecht qui juge l’affaire. “Le juge doit maintenant décider de la suite à donner à l’audience, ce qu’il fera d’ici la fin de la semaine prochaine”, a-t-il précisé. M. Van Daalen a ajouté qu’une cour d’appel avait déjà rejeté une demande de M. Votron et de deux autres anciens dirigeants de Fortis, Maurice Lippens et Gilbert Mittler, d’être dispensés de comparaître dans cette affaire où d’anciens actionnaires de Fortis réclament 1,5 million d’euros.

Les trois hommes ont fait appel devant la cour suprême du pays. Les anciens actionnaires reprochent à MM. Votron, Lippens et Mittler d’avoir menti aux marchés et prétendu que la banque était en bonne santé en 2008 alors qu’elle était au bord de la faillite, ce qui leur a fait perdre de l’argent.

“Dans les circonstances habituelles, une personne qui refuse de comparaître peut y être obligée par la police. Mais la cour ne dispose pas d’officiers de police en Belgique. Cela ne fait donc pas partie des possibilités”, a indiqué M. van Daalen.

Frappé de plein fouet par la crise financière internationale, Fortis avait été démantelé en octobre 2008, en partie nationalisé par les Pays-Bas pour 16,8 milliards d’euros, l’autre partie ayant été rachetée par BNP Paribas.

En juillet 2008, en pleine crise financière, Fortis, qui avait des difficultés à digérer le rachat d’ABN Amro conclu en 2007, avait annoncé le départ de son directeur exécutif Jean-Paul Votron.

Paris, 24 mai 2010 (AFP)