Internet : L’Obamacare compte 500.000 inscrits et beaucoup de bugs

Le défi est hors norme : permettre à 7M d’Américains de souscrire une assurance santé sur Internet dans les 3 mois. Les experts planchent sur les bugs.

Depuis le 1er octobre, des millions d’Américains peuvent s’assurer sur Internet pour obtenir une couverture santé, rendue obligatoire par la réforme de la santé “l’Obamacare” et subventionnée par l’État fédéral. La Maison Blanche revendique déjà 500.000 inscriptions.

Ce grand marché de l’assurance sur Internet rencontre un important succès en termes de trafic qui engendre… d’importants problèmes de connexions. En effet, un même site fédéral sert de plate-forme d’enregistrement d’informations, de comparaison et de souscription des polices d’assurances pour 36 États. Les 14 autres États gèrent le système localement avec leurs propres sites internet. 7M d’adhésions (sur un potentiel d’une trentaine de millions d’Américains non couverts en santé) sont attendues avant la fin de l’année pour une ouverture des contrats au 1er janvier 2014.

500.000 adhésions depuis le 1er octobre

La course à la montre est lancée. Les experts en technologie sont débordés et tentent de faire fonctionner tant bien que mal le système. Dimanche 20 octobre, la Maison Blanche a indiqué à la presse avoir fait appel à de nouveaux experts pour corriger la situation. Elle a enregistré plus de 17M de visiteurs uniques sur le site depuis son lancement.

“Les prévisions étaient que 60.000 personnes créeraient un compte exactement au même moment sur le site. Finalement, il y en a eu 250.000“, soulignait jeudi 17 octobre sur CNN Aneesh Chopra, ex-directeur chargé des nouvelles technologies à la Maison Blanche sous Barack Obama, cité par l’AFP.

Selon le Wall Street Journal, les problèmes de connexions, bugs, ralentissements… proviennent du fait que les internautes doivent d’abord créer un compte et renseigner leur profil (âge, revenus, famille…) pour connaître leur éligibilité aux aides publiques avant de pouvoir passer en revue et acheter des polices d’assurances.L’architecture informatique, le traitement des données collectées par l’État devenant très complexe.

Le magazine Forbes note par ailleurs que cela permet de ne pas décourager les internautes, en indiquant seulement le prix subventionné du contrat et non son coût réel.

Internet à grande échelle

“La réforme du système de santé va bien au-delà d’un site internet“, a souligné pour sa part Jay Carney, le porte-parole de la Maison Blanche. Mais cette expérience de la souscription d’assurances sur internet à une si grande échelle, est de taille tant pour l’administration que pour le monde de l’assurance (vente digitale, Big Data).

Aussi, le jour même du lancement du site, Barack Obama rappelait de son côté le lancement récent du nouveau système d’exploitation pour mobiles d’Apple : “Au bout de quelques jours, ils ont trouvé un bug, qu’ils ont donc réparé. Je ne me rappelle pas que quiconque ait suggéré à Apple d’arrêter de vendre des iPhones ou des iPads ou de faire fermer le groupe s’il ne le faisait pas“.

Ironie de la situation, en attendant un retour à la normale, le gouvernement recommande aux Américains d’utiliser les réseaux physiques disponibles pour adhérer au nouveau système.