International : Pour Axa, dommages et Asie vont faire bon ménage

Quelques semaines après la prise de participation dans un acteur local chinois, qui reste soumise à l’approbation des régulateurs, Axa rêve en grand pour les dommages et responsabilités en Asie.

Axa qualifie volontiers son plan d’action en Asie “d’agressif” . “Notre objectif est une croissance des primes de 15% par an” confie Gaëlle Olivier, directeur général de la branche Dommages et responsabilités en Asie, “et l’an passé nous avons réalisé une croissance de 22%”. Selon Axa, le chiffre d’affaires atteignait presque 1Md d’euros en 2012, et devrait toucher les 2Mds en 2015, terme du plan “Ambition Axa”. Ces chiffres sont sans compter sur l’apport de la prise de contrôle de Tian Ping en avril dernier, qui ouvre les portes du marché chinois à Axa.

En termes de primes, les chiffres de Singapour, Hong Kong et la Malaisie devraient être multipliés par 2 par rapport à 2010, soit près de 750M d’euros de primes. Le montant était de 529M en 2012. A cela s’ajoutent les participations en Indonésie, Inde, Thaïlande et en Chine (activité d’assurances de professionnels) qui représentaient un apport de 218M de primes en 2010 et près de 300M en 2012 selon nos estimations. Surtout, l’apport des activités d’HSBC rachetés en 2012 aura un impact important à l’avenir. De quoi espérer “2Mds d’euros de primes en 2016” selon Gaëlle Olivier.

En termes de résultat opérationnel, la zone consolidée (Singapour, Hong-Kong et Malaisie) était déficitaire en 2009 (-4M d’euros) mais était de nouveau bénéficiaire en 2010 (13M d’euros), et en 2011 (23M d’euros) ce qui laisse à penser qu’un montant de 100M d’euros pour 2015 pourrait être facilement atteint avec, encore une fois, l’apport de l’activité rachetée à HSBC.

L’assureur français réalise 2Mds d’euros de résultat opérationnel en dommages, mais seulement 2% en Asie, zone pourtant considérée comme “un monde en mouvement” du fait de plusieurs facteurs à commencer par le développement économique. Dans l’Asie (en dehors du Japon), Axa estime la croissance du PNB à… 100% d’ici 2020 ! Dans le même temps, les estimations pour les marchés matures que sont le Japon, les USA et l’Europe se situent entre 2 et 3%… Un autre facteur favorable est la pénétration de l’assurance dans ces marchés. Si la Chine a longtemps résisté du fait d’une réglementation très stricte, obligeant à obtenir une licence pour chaque province, les marchés asiatiques s’ouvrent mais restent sous équipés.

Selon une étude de Swiss Re sur l’année 2011, les primes dommages rapportées au PNB représentent 1,6% en Asie contre 42,8% pour le marché mondial et même 4,5% pour les Etats-Unis. Enfin, le dernier facteur favorable pour Axa vient de la démographie spécifique à l’Asie, qui abrite 60% de la population et voit se constituer une classe moyenne toujours plus importante. Autant de clients potentiels pour un assureur de biens et de responsabilités, numéro 1 des assureurs étrangers en Asie si on exclut le Japon. Et les “investissements massifs” prévus en Chine pourraient encore accroître cette prédominance de l’assureur français.