GCM : 3M d’euros alloués à son redressement

Le gouvernement et la Mutualité vont allouer 3M d’euros au Grand Conseil de la Mutualité (GCM), un réseau de soins à but non lucratif des Bouches-du-Rhône placé en  redressement judiciaire depuis novembre 2011, a annoncé vendredi la direction du GCM dans un communiqué.

“Sur la base des premières mesures mises en oeuvre pour son redressement économique, avec notamment la cession de la clinique de Bonneveine, et de sa décision de réorganiser l’entreprise pour l’adapter au nouveau périmètre sanitaire, 3 millions d’euros vont lui être alloués en soutien à ce plan”, écrit la présidente du GCM, Sandra Cammilleri-Allais, dans ce communiqué.

Grâce à cette somme, le GCM “bénéficie d’un nouvel élan pour réaliser ses objectifs: maintenir une offre de soins mutualiste en donnant le droit à chacun de se soigner et en répondant à l’accès aux soins pour tous par des plateaux techniques de qualité”, se félicite Mme Cammilleri-Allais.

Ces trois millions d’euros seront versés par le Fonds National de solidarité mutualiste, géré par le gouvernement et la Mutualité. Le GCM gère 11 centres de santé et une clinique dans les Bouches-du-Rhône, la clinique Bonneveine, dont la reprise a été confiée le 9 octobre par le tribunal de grande instance (TGI) de Marseille au groupe DocteGestio.

Les représentants syndicaux, mobilisés pour défendre les 1.200 emplois du réseau de soins, soulignent que la cession de la clinique est synonyme de 39 licenciements secs. Ils ont été reçus vendredi au ministère des Affaires sociales et de la Santé.

Pour le Dr Dominique Eddi, secrétaire du syndicat des médecins du GCM, les trois millions d’euros annoncés vont seulement permettre à la trésorerie de l’entreprise de “passer la barre du 23 octobre” – date à laquelle doit se tenir une audience intermédiaire au TGI sur le plan de redressement – mais ne résolvent pas du tout la question de l’avenir du GCM.

Pour mettre en place ce plan, “il faudra qu’ils trouvent des médecins roumains ou cubains qui acceptent de travailler pour 7,99 euros la consultation”, ajoute-t-il.

Le GCM, premier réseau de soins privés à but non lucratif des Bouches-du-Rhône, accuse un déficit de 4M d’euros pour un chiffre d’affaires de 85M, selon les résultats de l’année 2011. Ses salariés soignent au quotidien 10% de la population du département, soit 200.000 personnes.

MARSEILLE, 12 octobre 2012 (AFP)