FFSA : L’assurance-vie, encore et toujours, mais pour le bien commun

Alors que l’année 2009 des assureurs a largement bénéficié du fort rebond de l’assurance vie, la Fédération française des sociétés d’assurances a présenté des chiffres 2010 jugés « en droite ligne de l’année 2009 » malgré un certain essoufflement. Pas de quoi freiner pour autant la volonté de faire de l’épargne le coeur de l’assurance en France.

Après trois mois de hausse, l’attrait pour l’assurance vie semble s’essouffler en 2010. En effet, le mois d’avril a déjà montré quelques signes de ralentissement, que les chiffres du mois de mai devraient confirmer. Néanmoins, l’assurance vie, en 2009, représentait 55% de l’épargne longue des Français, une aubaine pour les assureurs qui devaient alors se heurter à une forte sinistralité.

Pour 2010, il se pourrait que ce soit plus compliqué, en raison de sinistres climatiques déjà très importants. La FFSA entend donc placer l’assurance vie et l’épargne au cœur des enjeux à venir. La dépendance, l’épargne retraite et les assurances vie en unité de compte sont ainsi dans les travaux que mènent les différentes commissions de la FFSA.

Pour mettre en avant l’épargne sous toutes ces formes, la FFSA vante le rôle prépondérant de l’investissement des assureurs dans l’économie réelle. En 2009, la part des actifs de l’assurance investis dans les entreprises est passée de 51 à 54%, dont un tiers en obligations d’entreprises et 19% en actions.

Parmi les idées de développement de la retraite, la FFSA a annoncé vouloir accélérer le développement des retraites complémentaires pour les PME, qui n’y accèdent en général pas. Les études menées par la fédération ont également montré que les Français considéraient l’assurance vie comme un placement en vue de la retraite.

Cependant, les mesures de défiscalisation longtemps réclamées par la FFSA ne seront pas reprises par le gouvernement, Bernard Spitz estimant que « ce qui n’avait pas été accepté avant n’avait aucune chance de l’être actuellement ». Il a également fait référence aux mesures contre les niches fiscales menées par le gouvernement, répétant que “l’assurance vie n’est pas une niche fiscale, car elle concerne tout le monde”. Si des tensions portent sur ce type d’épargne, le gouvernement espérant pouvoir taxer plus fortement les placements, les assureurs et la FFSA en tête font un lobbying important pour ne pas pénaliser l’assurance vie. Les allègements fiscaux comptent pourtant pour près de 3Mds d’euros…