Epargne : Le rapport Berger-Lefebvre attendu pour le tournant février-mars au mieux

Karine Berger a confirmé que le rapport sur l’épargne financière serait présenté à la fin du mois de février au mieux, et que les avantages de l’assurance-vie seraient “globalement” préservés.

Karine Berger, député des Hautes-Alpes et rapporteuse pour le gouvernement sur le sujet de l’épargne financière, était l’invitée d’un petit déjeuner de La Lettre de l’Assurance.

En fin de petit déjeuner, elle a déclaré qu’une deadline était imposée à « fin mars » mais qu’elle espérait pouvoir rendre le rapport à Pierre Moscovici et Jérôme Cahuzac, « au tournant de février et mars ».

Quoi qu’il en soit, les auditions sont maintenant terminées et la rédaction largement avancée. « Le scoop, c’est que nous sommes persuadés que globalement, l’enveloppe des avantages fiscaux de l’assurance-vie doit être maintenu, globalement » a lancé Karine Berger. Ce sera l’une des seules révélations claires, pour les autres, il faudra lire entre les lignes.

Ainsi, pour présenter le rapport, sans qu’elle puisse en dire beaucoup, la député a parlé de « risques et de confiance ». « Quand ont touche à la question de l’épargne, la confiance est la clef » a-t-elle expliqué, « vous nous avez convaincu que c’était la bonne entrée en matière ».

« Le choix de l’épargne doit être analysés sur la prise de risque plus que sur le temps » a-t-elle ajouté, avançant que « le degré de risque est un facteur que l’on n’a pas assez exploré ».

Alors que les travaux sur la régulation bancaire vont commencer demain, Karine Berger est également revenue sur Solvabilité II, a l’invitation d’un assureur présent en commentant l’importance que « l’Europe continentale ne soit pas trop affaiblie par le fait que sons système d’épargne passe par l’assurance et non par les fonds de pensions ». Globalement, une mesure moins essentielle pour la député que Bâle III. CQFD.