Dette grecque : Assureurs et banquiers français réunis à Bercy

Les représentants des créanciers privés français de la Grèce, banques et assureurs, ont assisté mercredi à une réunion à Bercy pour évoquer leur participation au nouveau plan d’aide, a indiqué à l’AFP l’entourage de la ministre de l’Economie Christine Lagarde.

Cette réunion « fait suite à celle de l’Eurogroupe du 20 juin », a-t-on indiqué de même source, et visait à « préparer les travaux » sur la participation du secteur privé au sauvetage financier de la Grèce.

Dans leur communiqué de lundi, les ministres des Finances de la zone euro se sont dits favorables à « une poursuite de la participation volontaire du secteur privé sous la forme de ‘roll-overs’, informels et sur la base du volontariat, de dette grecque existante arrivée à maturité ».

Le roll-over consiste, pour les créanciers privés, à racheter un montant d’obligations grecques équivalent à celui qui arrive à échéance, afin de ne pas augmenter le besoin de financement de la Grèce.

« Il faut la participation la plus large possible qui comprenne l’ensemble du secteur financier qui a des expositions avec la Grèce », a-t-on indiqué mercredi à l’Elysée.

La France est le pays le plus exposé à la Grèce, mais cette exposition concerne majoritairement des créances sur le secteur privé. Quant aux obligations émises par l’Etat grec, BNP Paribas en détient pour 5Mds d’euros, Société Générale pour 2,5Mds d’euros et Crédit Agricole pour 600M d’euros.

Chez les grands assureurs, Axa possédait, fin mars, une exposition nette de 300M d’euros, tandis que celle de CNP Assurances était de 127 millions. « Il faudra avoir une idée du montant qui pourra être recueilli dans ce cadre (…) pour boucler le financement du programme », a-t-on indiqué à l’Elysée.

Aucune précision n’a été donnée sur l’avancée des discussions et la position des créanciers privés français.

Paris, 22 juin 2011 (AFP)