Dépendance: Une loi avant la moitié du quinquennat

La ministre chargée des personnes âgées, Michèle Delaunay, souhaite un projet de loi sur la dépendance dans la première moitié du quinquennat, excluant tout financement privé, a indiqué vendredi son entourage à l’AFP.

« Ce sera une réforme basée sur la solidarité nationale, en aucun cas il n’est question d’y faire entrer les assurances privées, » a expliqué l’entourage de Mme Delaunay, joint par téléphone à l’occasion d’un déplacement de la ministre vendredi à Toulouse.

Il ne s’agira pas de créer une cinquième branche de l’assurance maladie — à côté de la maladie, la famille, la retraite, les accidents du travail — mais ce sera « un financement de solidarité nationale. Sous quelle forme? Il y a plusieurs pistes » a précisé cette source.

« Il n’y a pas de calendrier arrêté » mais la ministre « souhaite que le projet de loi voit le jour d’ici la fin de la première moitié du quinquennat, c’est son ambition et nous avons une bonne écoute sur ce plan-là de Matignon et de l’Elysée, » a-t-on indiqué.

Mais le projet de loi ne doit pas être « seulement axé sur l’amélioration de la prise en charge », la question doit être “la plus large possible”, précise l’entourage de la ministre.

 Ce projet de loi s’orientera ainsi autour de trois axes: prévention, adaptation de la société (adaptation de 80.000 logements par an) et accompagnement des personnes en lourde perte d’autonomie.

La prévention était au coeur de la visite de Mme Delaunay au « gérontopôle » de Toulouse. La ministre a reconduit sa mission « pour mener des travaux de recherche et des actions de prévention dans le domaine du vieillissement », selon la lettre de mission remise à l’établissement.

 Elle a demandé au « gérontopôle » de poursuivre ses recherches autour de quatre thèmes: le repérage des personnes fragiles, les conditions d’évaluation et de traitement des fragilités, les programmes de préservation de l’autonomie des personnes de plus de 65 ans, les prises en charge inappropriées en hôpital ou en Ehpad (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes)

PARIS, 7 septembre 2012 (AFP)