Chronique : Un environnement qui se complexifie pour les assureurs vie chinois

Malgré les récentes inquiétudes sur la performance économique chinoise, le secteur de l’assurance vie a su tirer son épingle du jeu en 2015.

Même si les assureurs vie chinois ne semblent pas impactés par la baisse de croissance, nous pensons cependant que certains défis seront à relever tôt ou tard : le ralentissement économique et le niveau des taux d’intérêt bas vont comprimer leur capitalisation et leurs revenus d’investissements, rendant d’autant plus nécessaire la prise d’actions pour soutenir le rendement des investissements.

La demande croissante des assurés pour des contrats d’assurance vie – qui plus est souvent assortis d’un rendement minimum garantie – va accélérer d’autant plus cette quête de rendement dans un contexte où la compétition s’intensifie.

Nous pensons que la qualité de crédit des assureurs vie chinois suit une tendance négative en ligne avec notre prévision d’un affaiblissement important de leur rentabilité en 2016 et 2017. De plus, l’année 2015 a été marquée par des rendements d’investissements records et il est probable que cela ne se renouvelle pas en 2016.

Ainsi, l’adversité s’accroit de manière significative pour les groupes d’assurances chinois avec la rapide augmentation des risques à l’actif et le besoin de renforcer les réserves suite à la réforme réglementaire émanant de la CIRC (China Insurance Regulatory Commission) sur le calcul de celles-ci. Des rendements d’investissements plus faibles issus des participations domestiques, un risque de crédit accru et une part croissante de placements peu liquides de type « shadow banking » ont en effet réduit la capacité des assureurs à résister aux pertes financières. Certains d’entre eux ont également investi dans des actifs à l’international et cette expansion -qui n’en est encore qu’à ses débuts-, se concentre largement sur des classes d’actifs non liquides tels que l’immobilier et les projets d’infrastructures. Par ailleurs, des contrats d’assurance vie à prime unique avec une duration de 1 à 3 ans ont soutenu les volumes d’encaissement des assureurs et donné lieu à des stratégies d’investissement plus agressives – or la vente de tels produits va décliner suite à des restrictions imposées par la CIRC.

La recherche de rendement est le plus gros point d’attention pour les assureurs chinois visant à minimiser l’impact du provisionnement additionnel requis. Nous portons donc une attention toute particulière à l’évolution de leur niveau de provisionnement pouvant être considéré comme insuffisant au titre de l’année 2015.

Charlotte Chausserie-Laprée est Analyste Junior pour le secteur Assurance chez S&P Global Ratings.