Bourse de Paris : l’interdiction de la vente à découvert prolongée sine die

L’Autorité des marchés financiers (AMF) a annoncé mercredi qu’elle prolongeait sine die l’interdiction de la vente à découvert de certaines valeurs financières sur la place parisienne, dans l’attente d’un règlement à l’échelle européenne.

“L’AMF prolonge les mesures exceptionnelles sur les valeurs financières dans l’attente de la définition d’un régime permanent au niveau européen”, indique le gendarme de la Bourse de Paris dans un communiqué.

La décision de prolonger cette interdiction a été prise le 26 janvier par le collège de l’AMF. Elle concerne 14 valeurs dont notamment Axa, BNP Paribas, Crédit Agricole, Dexia, Nyse Euronext, Scor et Société Générale.

La vente à découvert consiste à emprunter une action (moyennant le versement d’une commission) dont on pense que le prix va baisser et à la vendre, avec l’espoir d’empocher une forte différence au moment où il faudra la racheter pour la rendre au prêteur.

Ce mécanisme, accusé d’avoir fortement amplifié la dégringolade des valeurs financières au plus fort de la crise financière, est interdit pour ces valeurs depuis le 19 septembre 2008 sur le marché parisien.

L’AMF indique poursuivre sa contribution aux travaux menés au sein du Comité européen des régulateurs des marchés de valeurs mobilières (CESR), “qui ont pour objectif de définir un régime permanent et harmonisé de régulation”.

Paris, 27 jan 2010 (AFP)