Baromètre : les Français partagés sur le système de protection sociale

Près de 80% des Français sont satisfaits du système de protection sociale mais deux tiers d’entre eux jugent le coût trop élevé, selon le baromètre d’opinion 2015 de la Drees.

Au moment où les candidats à l’élection présidentielle rivalisent de propositions pour reformer le système de protection sociale, la Drees publie une enquête d’opinion qui reflète l’ambivalence du sujet. Les Français sont partagés entre le maintient du niveau des prestations de protection sociale et la réduction des déficits publics.

Ainsi, 80% des Français estiment que le niveau de protection sociale est suffisant et pourrait servir de modèle à d’autres pays. Cependant, 65% des personnes interrogées considèrent que le système de Sécurité sociale coûte trop cher à la société. « Le soutien au système de protection sociale s’est donc réduit face à la charge financière qu’il représente, à la suite notamment de la crise économique de 2008 », selon le baromètre.

Le financement de la dépendance

En France, la prise en charge de la dépendance des personnes âgées relève essentiellement de l’État, même si les aides matérielles publiques s’avèrent insuffisantes pour faire face au coût du maintient à domicile ou de prise en charge par un établissement spécialisé.

Selon le baromètre, les garanties dépendance relevant des assurances privées et des mutuelles représentent moins de 1% des cotisations et des prestations versées. De ce fait, la majorité des Français interrogés (61%) souhaitent que les pouvoirs publics prennent en charge le financement de la dépendance. La moitié d’entre eux sont favorables à la création d’une cotisation spécifique au financement de la dépendance. Cependant, seulement un tiers estime que cette cotisation devrait être obligatoire pour tous et 17% qu’elle devrait l’être à partir d’un certain âge. A l’inverse, deux français sur dix estiment qu’il revient aux familles des personnes âgées dépendantes de régler cette cotisation et 12% considèrent qu’elle devrait concerner seulement les personnes âgées dépendantes elles-mêmes.

La solidarité mise à l’épreuve sur le thème de la dépendance

Presque la moitié des Français souhaiteraient que la dépendance pèse seulement sur les personnes qui veulent bénéficier d’une aide pour y faire face. Moins d’un Français sur trois souhaite que l’aide financière apportée aux personnes âgées dépendantes soit universelle, sans condition de ressources et 71% préfère qu’elle soit réservée aux personnes disposant de faibles revenus. Aujourd’hui, l’APA (allocation personnalisée d’autonomie) est accessible à toutes les personnes dépendantes mais elle fluctue en fonction des revenus.

Les aidants en manque de reconnaissance

Plus d’un Français sur cinq (22%) déclare apporter une aide régulière et bénévole à une personne âgée dépendante. 56% d’entre eux y consacre moins de 3 heures par semaine, plus d’un quart y consacre entre 3 et 9 heures par semaine et seulement 6% des enquêtés déclarent vivre avec une personne dépendante.

Les aidants accusent un manque de reconnaissance. Lors de la réalisation de l’enquête d’opinion, les trois quarts des aidants affirment souffrir d’un manque de considération des pouvoirs publics. Cependant, le sondage a été mené avant la loi d’adaptation à la société du vieillissement de décembre 2015 qui prévoit des dispositifs pour décharger les aidants. Elle introduit notamment un « droit au répit » qui se traduit par un accueil de jour ou de nuit de la personne dépendante et par un relais à domicile.