Assurance-vie : Net ralentissement des cotisations, + 4% en 2010 contre 13% en 2009

Les cotisations nettes (versements moins retraits) d’assurance vie en France ont nettement ralenti en 2010 à 144,1 milliards d’euros, soit une croissance de 4% contre 13% en 2009, selon des chiffres publiés mercredi par la Fédération française des sociétés d’assurance (FFSA).

Le montant des prestations versées en 2010 était en progression de 7% à fin décembre et s’élevait à 94 milliards d’euros.
La collecte nette (cotisations-prestations) s’est établie à 50,1 milliards d’euros sur l’ensemble de l’année 2010, en légère baisse par rapport à celle de 2009 (-1%).
L’encours des contrats d’assurance vie a progressé de 6% sur un an en 2010, à 1.330 milliards d’euros.

Pour 2011, la Fédération française des sociétés d’assurance (FFSA), qui a présenté le 27 janvier ses résultats, “n’est pas du tout optimiste” et table sur une progression comprise entre 0 et 4% en assurance vie.
Le placement préféré des Français fait face à une baisse continue de son rendement, en raison des niveaux historiquement bas des taux d’intérêt.

L’assurance vie, qui pèse près de 70% des revenus de l’assurance en France,  est par conséquent l’objet de la plus vive attention de l’industrie qui en évalue la tendance chaque mois.

Aussi, les assureurs se sont-ils inquiétés de la collecte nette nulle en décembre. La semaine dernière, le directeur des assurances de personne de la FFSA Gilles Cosic avait même indiqué que la collecte nette était négative sur les seuls particuliers (hors entreprises). Un phénomène qui a été observé seulement à deux reprises par le passé, en octobre et décembre 2008, au plus fort de la crise financière.

La FFSA a souligné l’existence, sur les quatre derniers mois de 2010, d’une vague de rachats. Il s’agirait d’un phénomène lié à la retraite, un nombre important d’épargnants puisant dans leur assurance vie pour financer leurs vieux jours, avait expliqué la semaine dernière M. Cosic.

“C’est une tendance qui s’est dessinée, mais après il faut voir si cela se confirme sur l’année prochaine”, a déclaré mercredi à l’AFP une source au sein d’une société d’assurance.

Ce mouvement à la hausse des rachats partiels par les épargnants pourrait être imputé “à un objectif de retraite” ou encore motivé par “l’acquisition d’un bien immobilier”, a ajouté cette source.

Paris, 2 février 2011 (AFP)