Assurance-vie : Hollande veut “libérer l’épargne” et l’orienter vers la prise de risque

L’assurance-vie connaîtra des modifications futures, allant dans le sens du rapport Berger-Lefebvre. Aucune précision n’a été donné.

Devant les chefs d’entreprise réunis à la clôture des Assises de l’entrepreneuriat, François Hollande a annoncé plusieurs mesures pour aider les entreprises.

Le Président a notamment confirmé que l’assurance-vie connaîtrait “des modifications” prochaines afin de réorienter l’épargne des Français vers les entreprises et la prise de risque.

Il a expliqué qu’en France, “le taux d’épargne des ménages était l’un des plus élevés d’Europe, (…) mais tout laisse à penser que l’épargne n’est pas affectée au mieux, aux besoins de l’économie réelle (…) y compris pour l’emploi”.

François Hollande a défendu l’idée de “libérer l’épargne”. Elle concerne l’assurance-vie.

Lle chef de l’Etat a reconnu que ce produit “a été une formule pratique pour l’État pour financer sa propre dette, parfois au détriment des entreprises”. Mais compte tenu de la facilité de l’État aujourd’hui à financer sa dette sur les marchés, avec des taux historiquement bas, il a annoncé des modifications futures de l’assurance-vie pour que les fonds soient orientés davantage vers l’investissement en actions des entreprises cotées et non cotées.

Début avril, les députés Karine Berger et Dominique Lefebvre avaient remis un rapport intitulé “Dynamiser l’épargne financière des ménages pour financer l’investissement et la compétitivité”, qui recommande de réorienter 100Mds d’euros issus de l’épargne financière des Français vers le financement des entreprises d’ici à 2017.

Ils proposent la création d’un nouveau contrat en assurance-vie, appelé “Euro-Croissance”, offrant des rendements supérieurs aux contrats euros grâce à une prise de risque supplémentaire.

Le capital de ce contrat ne serait garanti qu’à terme et non à tout instant (comme c’est le cas pour le contrat en euros).

CP: Flickr_CC