ANI : Les syndicats d’agents généraux ont rencontré les sénateurs

Hervé de Veyrac, le président d’Agéa, a rencontré plusieurs sénateurs dans la journée pour faire valoir le point de vue des agents généraux sur l’ANI, accord débattu à partir de demain au Sénat.

En guerre contre l’ANI et ses clauses de désignation, Agéa, Fédération nationale des syndicats d’agents généraux d’assurance, a rencontré plusieurs sénateurs ce mardi 16 avril pour faire entendre sa voix et déposer les 5.300 courriers (sous forme de pétitions) d’agents généraux. Hervé de Veyrac, Président d’Agéa, explique : “Ce matin nous avons rencontré Jean-François Husson, sénateur et membre de la Commission des affaires sociales au Sénat, afin de lui développer les positions d’Agéa et nos objectifs. Nos objectifs sont que l’ANI redevienne dans le texte ce qu’il était lorsqu’il a été signé le 11 janvier dernier. Nous aimerions aussi que les clauses de désignation deviennent marginales et que l’avis de l’Autorité de la Concurrence soit intégré au texte et non qu’il soit traité dans un décret.”

Puis, ce midi, Hervé de Veyrac a rencontré Jean-Noël Cardoux. A l’heure où nous rédigeons ces lignes, le président d’Agéa se trouve dans les bureaux de Jean-Claude Gaudin, Sénateur UMP, après avoir vu Hervé Marseille, sénateur UDI et décroché un rendez-vous avec Nicolas Grivel, directeur de cabinet de Michel Sapin. “Cela fait longtemps que je ne crois plus au père noël et je ne sais pas si les choses peuvent bouger mais comme on dit il n’y a pas de victoire sans combat et parfois le combat est plus beau que la victoire”. Le président d’Agéa regrette l’entêtement du gouvernement sur cet accord. Agéa ne s’arrêtera pas une fois la loi votée et prendra part à toutes les démarches qui viseront un recours devant le Conseil Constitutionnel.

Une manifestation devant le Sénat est prévue demain par l’association Sauvez les Abeilles, mais Agéa n’y prendra pas part physiquement car comme dit son président “nous les soutenons, mais il vaut mieux être dans le Sénat que dehors“.

Parallèlement, un autre combat se dessine déjà pour la fédération des syndicats des agents généraux, celui de la loi de consommation de Benoit Hamon. “Nous avons profité de nos rendez-vous avec les sénateurs pour parler de ce problème. Nous allons être beaucoup plus combatifs que pour l’ANI, beaucoup plus binaires et incisifs.”