Stratégie : April veut être indépendant et international pour les prochaines années

    Courtier grossiste, distribution directe, maintien des compagnies d’assurance et innovation sont les principaux enseignements d’un plan stratégique à horizon 2015 – 2020.

    En marge des résultats de l’année 2011, Patrick Petitjean, directeur général d’April présente un plan stratégique, dit plan de croissance, pour le courtier portant sur la période 2012-2020 avec point d’étape en 2015.

    Dans son exposé, Patrick Petitjean parle de perspectives « prudentes ». Le taux de croissance annuelle espéré est de 10%, dont 1% grâce à des acquisitions, ce qui laisse une croissance organique « de 8 ou 9% ». La rentabilité devrait progresser plus vite que l’activité selon le courtier, dans les prochaines années. Le ROE (retour on equity, taux de retour sur capitaux propres) devrait se situer autour des 15% selon les dirigeants du courtier, avec une marge nette de l’ordre de 10%.

    Pour arriver à atteindre ses ambitions, le courtier table sur une transformation de son modèle. Après avoir vendu sa compagnie d’assurance-vie et s’être recentré sur le courtage, plus question maintenant de tourner le dos à l’assurance. Les compagnies d’assurances de personnes, de dommages, de protection juridique par exemple fournissent les produits aux branches de courtage grossiste et directe et traîtent directement avec les réassureurs.

    Soutenir « l’innovation » nécessaire à la rentabilité

    Pour Patrick Petitjean, c’est le meilleur moyen de voir soutenir « l’innovation » nécessaire à la rentabilité. « Pour avoir une croissance supérieure au marché, il faut sortir du cadre. Nous avons des attentes pour cette fin d’année » explique-t-il. April envisage l’assurance comme « accessoire au service » et le document de présentation parle d’un « abonnement à des services en assurance ». Le principe de l’assureur société de services, où la couverture d’un risque est fournie avec des services de type assistance fait son chemin peu à peu dans les plans stratégiques de compagnies également.

    et se développer à l’international 

    Autre ambition pour le plan, la montée de l’international. April envisage de voir la marge brute de l’international compter pour un tiers (32% exactement) de la marge brute totale en 2015, contre 22% en 2011. Dans cette répartition, les primes d’assurance seraient toujours à 11%, l’activité de dommages en France à 20% (contre 22% en 2011) et la santé-prévoyance France à 37% contre 45% en 2011. Pour booster cette activité à l’international, April vise le segment de la protection des « gens qui voyagent ». « Devenir un groupe international et multiculturel » en « cultivant la ligne IPMI / assistance » présente le document d’April.

    A travers cette stratégie, April réaffirme sa volonté de travailler sur « les franges des marchés » et non le « mass market ». Les premiers mois de 2012 sont positifs selon les dirigeants du courtier. La volonté de glisser de plus en plus vers le BtoC, c’est à dire de se « présenter face au client » pousse le courtier à développer la marque et la distribution « directe ». Reste qu’April, qui a semble-t-il rassuré les marchés avec le maintien du dividende et ce plan, devra tenir cette stratégie, après quelques revirements en 2007 et 2008.