Sponsoring : Réussite de Groupama… dans la Volvo Ocean Race !

Le bateau Groupama emmené par Franck Cammas a remporté la Volvo Ocean Race mardi 3 juillet. Après 9 mois et 17 courses, le bateau aux couleurs de l’assureur mutualiste finit premier d’une compétition qui échappait aux Français depuis 1986. Une dernière régate aura lieu samedi, mais Groupama est assuré de la victoire.

Dans les moments difficiles, il est bon de compter sur quelques valeurs et pour Groupama, c’est au large de l’Irlande qu’est venue la lumière. Le voilier Groupama, qui a pour skipper Franck Cammas, a donc fini deuxième de cette dernière étape hauturière, mais s’adjuge tout de même la victoire finale de cette Volvo Ocean Race. Son avance est telle qu’il ne pourra être rejoint.

Si certains se posent encore des questions sur le bien-fondé du sponsoring, et particulièrement pour la voile, il suffit de suivre les retombées presse « positives » du voilier Groupama pour en mesurer l’importance, surtout en ces temps difficiles pour l’assureur vert. Alors que Groupama SA fait la une sur ses difficultés financières, les cessions et l’emploi, les articles d’actualités sportives repris par nos confrères donnent une autre lecture de la situation. Dans le cadre d’un budget de communication forcément restreint, cette Volvo Ocean Race aura été très bénéfique pour l’image de Groupama.

Quant à la compétition – qui se terminera officiellement ce samedi avec une dernière régate « in port » – elle a tourné en faveur du bateau français sur les dernières semaines. Après 39.300 miles nautiques, près de 70.000 km, l’équipage, emmené par Franck Cammas, s’impose mais n’a pris la tête de la compétition qu’à Lisbonne, lors de la 7ème étape sur 9, en arrivant 2ème. Dans l’avant-dernière étape, qui amenait les voiliers à Lorient, Groupama, quatrième du nom, a conforté son avance en l’emportant, et la deuxième place cette nuit a enfoncé le clou.

Pour l’assureur, cette course sera sûrement la dernière. Présent aux côtés de Franck Cammas depuis 1997, Groupama ne peut plus soutenir un investissement qui reste important, près de 17M d’euros actuellement, et qui passerait mal alors que le groupe s’apprête à engager des négociations pour proposer des départs volontaires. Après avoir emporté le Trophée Jules Verne en 2011, cette nouvelle victoire de Groupama sur les eaux avait pourtant le mérite de bonifier l’image de l’assureur. Mais elle également le fruit de l’héritage de la précédente direction générale, qui avait porté le projet contre vents et marées.

Crédit Photos : Yvan Zelda