S&P juge que l’activité des rehausseurs de crédit ne renaîtra pas

L’agence d’évaluation financière Standard and Poor’s a affirmé mercredi que l’activité des rehausseurs de crédit, des institutions financières spécialisées dans l’assurance des émetteurs obligataires, ne renaîtrait pas aux États-Unis.

« Aujourd’hui, seul un rehausseur de crédit reste actif (Assured Guaranty Corp) et l’avenir du secteur de l’assurance obligataire est incertain », a jugé S&P dans une étude publiée mercredi. « Compte tenu des tensions récentes sur les marchés, de la chute des grands assureurs bien établis, du potentiel pour de nouveaux entrants, et des autres possibilités pour l’assurance des obligations sur le marché des collectivités locales, nous pensons que la perspective de renouveau pour le secteur est limitée », a ajouté l’agence.

Le bermudien Assured Guaranty avait repris en juillet son concurrent Financial Security Assurance (FSA) au groupe bancaire franco-belge Dexia. Autres anciens grands noms du secteur, MBIA et Ambac ne sont plus notés par Standard and Poor’s, qui considère qu’ils ne prennent plus de nouveaux clients. L’activité des rehausseurs de crédit, qui « a commencé dans les années 1970 comme une activité relativement stable », a consisté à mutualiser le risque de défaut de paiement des émetteurs obligataires publics.

En janvier 2008, la menace pour ces rehausseurs de perdre leur notation élevée avait fait craindre que les collectivités locales américaines ne puissent plus se financer du tout, et fait plonger les marchés financiers mondiaux. Mais ce problème avait progressivement été oublié avec l’accumulation d’autres plus graves. Pour S&P, « il y a toujours une demande », qui pourrait aboutir à « plusieurs scénarios »: celui d’un marché de niche, une légère reprise, ou une renaissance
sous une forme nouvelle.

WASHINGTON, 20 jan 2010 (AFP)