Solva II : Le changement de comportement des assureurs augmentera le coût de financement des entreprises

L’impact de Solvabilité II et Bâle III sur le comportement des prêteurs, assurances et banques, va augmenter le coût des crédits accordés aux entreprises, selon Standard & Poor’s.

L’agence de notation américaine a publié une étude financière dans laquelle elle considère que Bâle III et Solvabilité II, qui entreront en vigueur en 2013, auront un impact sur l’accès au crédit des entreprises. Si ces réglementations ont pour objectif de stabiliser les marchés financiers internationaux, elles auront aussi pour effet d’augmenter sensiblement le coût de l’emprunt.

Des prêts à court terme

« Ces nouvelles réglementations devraient entraîner une modification du comportement des prêteurs et emprunteurs, et conduire à de profonds changements dans les marchés de capitaux », explique S&P. Solvabilité II et Bâle III, imposant un encours de capital plus important, les assureurs et banquiers sont en effet susceptibles de prêter à plus court terme, afin de mobiliser moins de capitaux.

Afin de respecter le nouveau cadre de réglementation, les prêteurs devraient aussi être moins enclins à prêter aux segments de marché qu’ils perçoivent comme trop risqués.

Le coût de financement pourrait augmenter de 30 à 50Mds d’euros

C’est l’accès au financement des entreprises qui va en pâtir. Le coût des crédits au sein de la zone euro pourrait ainsi augmenter de 30 à 50Mds d’euros annuels d’ici 2018 lorsque les réglementations seront bien installées, contre 9 à 14Mds de dollars pour les emprunts auprès de banques américaines.

« Cela représente une augmentation comprise entre 10% et 20% sur les intérêts actuels pour les emprunteurs d’entreprise en Europe et aux Etats-Unis » détaille le communiqué. S&P remarque que les entreprises européennes qui ont davantage recours au crédit que leur homologues américaines, subiront un impact plus important.