Santé : Les complémentaires appelées à financer la hausse des tarifs des soins dentaires

Dentiste

L’assurance maladie a ouvert vendredi des négociations avec les syndicats de dentistes et les complémentaires sur les tarifs des soins dentaires, lançant un appel aux complémentaires pour financer une revalorisation, a-t-on appris auprès des syndicats.

“Cette première séance nous a permis de faire un tour d’horizon de la situation et de partager le constat qu’il faut revaloriser les tarifs des soins conservateurs (caries, plombages, chirurgie)”, a expliqué à l’AFP Roland l’Herron, président de la CNDS (confédération nationale des syndicats dentaires), principal syndicat du secteur.

Les soins conservateurs sont au tarif opposable (tarif de la sécurité sociale) et ont été peu revalorisés ces dernières années, contrairement aux prothèses et à l’orthodontie, aux honoraires libres, et dont les tarifs ont augmenté pour permettre aux dentistes de couvrir leurs charges.

Les soins dentaires sont les plus fréquemment cités par les Français qui renoncent à des soins pour des raisons financières. “Vu la situation économique, l’assurance maladie nous a dit qu’elle n’avait pas de financement, ou à la marge, et a lancé un appel aux complémentaires pour financer cette revalorisation”, a ajouté M. L’Herron, jugeant cette première séance “assez satisfaisante”.

L’Unocam, qui regroupe les organismes complémentaires (mutuelles, assurances, instituts de prévoyance), présent à la négociation, a dit attendre la réunion de son bureau lundi pour prendre position.

De son côté, l’UJCD (Union des jeunes chirurgiens dentistes) a dénoncé une négociation menée “à la hussarde”, jugeant le calendrier “trop court”, la dernière séance étant prévue le 3 avril, a expliqué son président Philippe Denoyelle.
Par ailleurs, ces réunions visent à négocier un avenant à la convention des dentistes de 2006 alors que l’UJCD réclamait la négociation d’une nouvelle convention. M. Denoyelle a jugé que les soins conservateurs n’étaient “pas revalorisés à un montant correct” alors que “la caisse parle de plafonnement de prothèses, de régulation des installations, d’augmentation des contrôles et des sanctions”.

Les deux syndicats souhaitent par ailleurs obtenir une revalorisation des consultations qui sont fixées à 21 euros quand celles des médecins sont à 23 euros.

Une nouvelle réunion est prévue vendredi prochain.

Avec AFP