Santé / Dépendance : Des thérapies non médicamenteuses pour lutter contre la dépendance

De nombreux médecins ont souligné les bienfaits des thérapies non médicamenteuses auprès des personnes âgées dépendantes, lors du 11e congrès du Synerpa (syndicat national de maisons de retraite privées) qui s’est clôturé vendredi à Bordeaux.

Ces thérapies permettent notamment de lutter contre l’isolement et l’ennui dont souffrent les personnes vivant dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD).

Depuis une dizaine d’années, de nombreuses thérapies se sont développées, parmi lesquelles la balnéothérapie, la méthode Montessori, ainsi que la réminiscence qui consiste à reproduire un espace dans lequel une personne a vécu.

“Avec ces méthodes, on essaie d’avoir le même résultat calmant et de bien-être qu’on peut avoir avec des traitements médicamenteux comme les anxiolytiques, qu’on essaie de supprimer pour mettre en pratique ces nouvelles thérapies”, a expliqué à l’AFP Florence Airnaiz-Maumé, déléguée générale du Synerpa, premier syndicat national de maisons de retraite privées.

Pour Marie-Anne Montchamp, la secrétaire d’Etat aux Solidarités et à la Cohésion sociale venue clôturer le congrès, “il est indispensable de développer ces méthodes”.

“Tout notre combat doit être, sur les quinze années qui viennent, de remonter la pente du vieillissement par des solutions douces, non médicamenteuses, préventives, comprises par les Français”, a-t-elle déclaré.

Pour cela, Mme Montchamp souhaite “que nous soyons plus économes de nos moyens sur des dépenses hospitalières qui n’ont rien à voir avec la dépendance des personnes âgées (…) afin de donner de la capacité de financement pour de vraies solutions, c’est-à-dire prévenir la dépendance”.

Bordeaux, 10 juin 2011 (AFP)