Résultats/2e trimestre : Bénéfice net en baisse pour le bancassureur belge KBC

Le bénéfice net du bancassureur belge KBC a été plombé au deuxième trimestre par des charges exceptionnelles liées à une « détérioration des conditions de crédit » et à des cessions d’actifs, mais la chute a été moins lourde que prévu.

Selon des résultats publiés jeudi par le groupe flamand, le bénéfice net est ressorti à 149M d’euros, divisé par deux comparé aux 302 millions enregistrés un an plus tôt mais supérieur aux 67 millions sur lesquels tablaient les analystes interrogés par Dow Jones Newswires.

Le patron du groupe, Jan Vanhevel, a expliqué le recul du bénéfice par « certains éléments exceptionnels ayant eu en définitive une incidence négative de 400M d’euros ». KBC a notamment réévalué son exposition à des obligations complexes de type CDO, à la suite d’ « une détérioration des conditions de crédit » qui l’a aussi poussé à réduire la valorisation de certains produits dérivés utilisés à des fins de couverture.

Le programme de cession d’actifs imposé à KBC par la Commission européenne pour réduire son profil de risque se fait également sentir. Ce programme se poursuit « à une cadence soutenue », a affirmé M. Vanhevel. En particulier, « les préparatifs du lancement en Bourse d’une partie de notre filiale bancaire tchèque vont bon train », assure le groupe, sans toutefois donner de date précise. KBC avait annoncé en novembre son intention de mettre sur le marché cette année une part minoritaire d’entre 30% et 40%.

Pour ce qui est des filiales belges de banque de détail Centea et d’assurance Fidea, qui doivent aussi être vendues, KBC se dit « prêt à entamer la procédure de cession dans la seconde moitié de l’année ». A la suite de la crise de la dette en Europe, le groupe a aussi entrepris de limiter son exposition aux obligations émises par certains pays qui avaient été considérés comme à risque. Au 30 juin, son exposition à la dette publique grecque avait ainsi été ramenée à 1Md d’euros, contre 1,9 milliard évoqué en mai. S’y ajoutent 100M d’euros d’obligations émises par des entreprises grecques, un montant inchangé comparé au précédent pointage.

Son exposition en Espagne a aussi été un peu réduite, passant de 5,8 à 5,5 milliards, tandis que celle au Portugal est stable à 600M d’euros. Si KBC reconnaît les « résultats en demi-teinte de la salle des marchés », il évoque une « tendance favorable soutenue des revenus de commissions » (+16%) et un « niveau élevé soutenu des revenus nets d’intérêts » où il observe un « gonflement modéré des volumes ». Et son ratio de fonds propres « tier one » atteignait fin juin 12,2%, au-delà là de l’objectif minimal de 10% que s’est fixé le groupe.

Bruxelles, 5 août 2010 (AFP)