Résultats semestriels : Scor pénalisé par les cat’ nat’

L’activité dommages de Scor a souffert et le bénéfice net du groupe a diminué de 16% au premier semestre.

Le réassureur français Scor a vu son bénéfice net chuter de 30,9% au deuxième trimestre, à 105 millions d’euros, pénalisé
par le coût important de catastrophes naturelles, selon un communiqué publié mercredi. Au niveau commercial, les primes brutes émises (équivalent du chiffre d’affaires) ont progressé de 2,5%, à 3,5 milliards d’euros. Dans le détail, c’est le segment de la réassurance vie (+6,2% à 2,0 milliards d’euros) qui a tiré son épingle du jeu, tandis que la branche dommage et responsabilité a davantage souffert (-2,5% à 1,4 milliard d’euros). « En dépit du nombre important de catastrophes naturelles survenues lors du
premier semestre 2016 et des incertitudes politiques issues du référendum au Royaume-Uni, Scor continue de dégager des résultats solides« , s’est félicité son PDG, Denis Kessler, cité dans le communiqué. Parmi ces catastrophes, figurent notamment les incendies de Fort McMurray au Canada, dont le coût net avant impôt devrait avoisiner 65 millions d’euros, et les tempêtes de grêle qui ont touché les Pays-Bas fin juin.

Rentabilité technique en baisse

La rentabilité technique, en dommage et responsabilité, s’est ainsi détériorée de 4,9 points, avec un ratio combiné net (indemnisation des sinistres, frais et commissions rapportés aux primes perçues) passant de 92,6% à 97,5%. Le groupe, qui dévoilera le 7 septembre son nouveau plan stratégique, relève qu’un éventuel Brexit aurait peu d’effets sur lui. Il indique par exemple que seulement 6% de ses capitaux propres sont libellés en livres sterling et que son organisation « multicentrée » lui permettra d’accompagner ses clients partout, y compris au Royaume-Uni. « Scor prévoit par ailleurs que les répercussions du Brexit sur l’activité seront très réduites, l’activité d’assurance directe transfrontalière étant marginale au sein du groupe« , insiste-t-il. Sur l’ensemble du premier semestre, le bénéfice net de Scor affiche un repli de 15,9%, à 275 millions d’euros.