Résultats : Munich Re renoue avec les bénéfices au premier trimestre et se montre plus optimiste pour 2012

Logo de Munich Re

Le géant allemand de la réassurance Munich Re a retoruvé le chemin des bénéfices au premier trimestre 2012, un an après un premier trimestre plombé par le séisme et le tsunami au Japon, et a légèrement amélioré ses prévisions annuelles.

Le groupe a dégagé un bénéfice net part du groupe de 780 millions d’euros de janvier à mars, contre une lourde perte de 947 millions d’euros sur la même période un an auparavant.
Ce chiffre est conforme aux prévisions des analystes interrogés par l’agence Dow Jones Newswires, qui attendaient 776 millions d’euros.

Le réassureur a réalisé sur les trois premiers mois de l’année un bénéfice opérationnel de 1,20 milliard d’euros. Les analystes espéraient un peu plus, tablant sur 1,26 milliard d’euros.

Ses entrées de primes brutes ont elles atteint 13,27 milliards d’euros, en hausse de 2,2% sur un an.

Pour l’exercice 2012, Munich Re a légèrement relevé sa prévision d’entrées de primes brutes, à “entre 49 et 51 milliards d’euros”, contre “entre 48 et 50 milliards” auparavant. Il a également un peu amélioré sa prévision de “ratio combiné” dans la réassurance, à 96% contre 97% avant. Le ratio combiné désigne le rapport entre le coût des sinistres et les primes encaissées par un assureur. Plus cet indicateur crucial est bas, plus la société est rentable.

Munich Re n’a toutefois pas touché à son objectif phare, à savoir un bénéfice net annuel d’environ 2,5 milliards d’euros.

Le réassureur a indiqué avoir tiré les leçons de la catastrophe au Japon, où il a réduit son offre de couverture des risques sismiques, et augmenté ses prix lors de la renégociation des contrats en début d’année.
Il attend également une hausse de tarifs pour le renouvellement d’ici le 1er juillet 2012 des contrats de réassurance dommages aux Etats-Unis, en Australie et en Amérique Latine.

Munich Re s’est par ailleurs félicité des bons résultats donnés par le développement à l’international de sa filiale d’assurance directe Ergo, ainsi que d’une évolution “dans l’ensemble plutôt favorable” des marchés financiers.

Mais ce n’était pas assez pour convaincre le marché: à la Bourse de Francfort l’action Munich Re perdait 1,39% à 106,30 euros vers 08h22 GMT, sur un indice Dax en baisse de 0,72%.

L’analyste Christian Muschick, de la banque Silvia Quandt, jugeait les résultats “mitigés” dans le détail, et considérait que le groupe avait fait moins bien que son rival Swiss Re, lequel a fait état vendredi dernier d’un bénéfice net de 836 millions d’euros au premier trimestre.

Les analystes de DZ Bank, cités par Dow Jones Newswires, pointaient pour leur part que le ratio combiné atteint dans la réassurance au premier trimestre (94,9%) était certes meilleur que la prévision annuelle de 96%, mais qu’il avait été obtenu essentiellement grâce à la quasi absence de dommages majeurs sur la période, ce qui ne peut pas être garanti pour la suite.