Résultats: Crédit Agricole Assurances réalise une collecte trimestrielle en assurance-vie supérieure à celle de l’année

Crédit Agricole Assurances maîtrise son début d’année en profitant notamment de l’embellie en assurance-vie. 

Sur les trois premiers mois de l’année 2013, Crédit Agricole Assurances a réalisé une collecte nette en assurance-vie de 2,2Mds d’euros. Elle dépasse d’ores et déjà le montant total réalisé par le bancassureur au cours de l’année 2012 (1,9Md d’euros) qui s’est révélée défavorable pour le placement préféré des Français.

“Crédit Agricole profite pleinement du regain d’attractivité de l’assurance-vie”, précise le groupe qui assure 30% de la collecte du marché sur le premier trimestre. “Nous avons (Predica) surperformé par rapport au marché de l’assurance-vie avec une collecte brute en hausse de 33%, là où le marché réalise une hausse de 6%”, fait valoir Jérôme Grivet, directeur général de Crédit Agricole Assurances.

L’assurance en bonne place au sein du groupe

Les autres secteurs d’activité du bancassureur vont également dans le bons sens. Sa filiale dommages, Pacifica, gagne des parts de marché en assurances auto et multirisques habitation, tout en conservant un ratio combiné de 70,5% sur le premier trimestre. Le chiffre d’affaires atteint un peu plus de 1Md d’euros.

Le groupe se porte également très bien à l’étranger, où son chiffre d’affaires progresse de 48% à près de 1,1Md d’euros, porté par l’Italie et le Luxembourg.

Ses bons résultats confirment la place grandissante de l’assurance au sein du groupe bancaire. En 2012, sa contribution au résultat net n’avait jamais été aussi élevée. Sur le premier trimestre 2013, 254M d’euros de bénéfices de l’assureur sont venus abonder les résultats du groupe. “Grosso modo, l’activité d’assureur devrait représenter 25-30% de ceux du groupe en vitesse de croisière”, précise Jérôme Grivet.

Pas de bouleversements avec l’ANI

Le futur marché des complémentaires de santé collective qui devrait émerger avec l’application de la loi sur l’ANI, n’est, en revanche, pas au cœur des priorités du groupe. Il est actuellement concentré sur le marché des complémentaires santé individuelles, ciblant les retraités. “L’ANI ne devrait pas remettre en cause notre stratégie sur le marché de la santé individuelle qui se porte très bien pour nous”, assume Jérôme Grivet.

Le bancassureur indique être prêt à intensifier ses efforts vers les PME, TNS et réfléchir à adresser les ETI qu’il ne couvre pas encore.