Résultats : Agrica a tenu ses objectifs pour 2012

Le groupe de protection sociale Agrica enregistre 5,9% de hausse de son chiffre d’affaires en 2012 porté par la prévoyance. Objectif 2013 : comment atteindre une taille critique pour le groupe et répondre au marché de la santé collective avec l’ANI.

Il y a un an, le groupe de protection sociale Agrica avait annoncé vouloir atteindre les 500M d’euros de chiffre d’affaires pour 2012. Un objectif atteint puisque le CA 2012 s’élève à 505M d’euros soit une progression sur un an de 5,9%. Un résultat dont se félicite le directeur général adjoint, Hervé Bachellerie et qu’il qualifie de “plutôt satisfaisant“.

Forte progression de l’activité prévoyance

En ce qui concerne la répartition par métier, la santé a généré un CA de 141,9M d’euros et enregistre une progression de 7,5%. L’activité prévoyance est en croissance de 10,7% avec un CA de 219,6M d’euros. Pour finir, en épargne le CA “reste stable” à 143,3M d’euros.

De fait, Agrica se définit comme un acteur important de la couverture assurantielle du monde de l’agriculture. Le groupe souligne que sur 18 conventions collectives de branche, il en couvre 10. “ Il y a encore une marge de progression“, souligne le directeur général adjoint.

L’ANI en question

Sujet d’actualité qui déchaîne les passions, l’ANI. Avec l’adoption du texte par le Parlement et donc la généralisation de la complémentaire santé pour tous les salariés d’ici à 2016, le travail du groupe Agrica pour 2013 portera donc sur l’extension de son marché collectif santé.

Dans un autre temps, le groupe Agrica devra se rapprocher des branches qu’il couvre déjà pour renégocier les contrats en cours afin qu’ils soient aux normes de l’ANI. Mais comme le rappelle le directeur général adjoint “certains points de l’ANI restent encore flous” car les assureurs ne savent pas si dans le cadre de la renégociation des contrats, les branches pourront de nouveau faire de nouveau jouer la concurrence ou si elles sont obligées de rester fidèle à leur organisme assureur actuel jusqu’à échéance dudit contrat.

Agrica réfléchit à sa taille critique

La portabilité des droits qui s’étend à douze mois va très largement chambouler les primes. “En cas de licenciement, la portabilité pose le droit de conserver sa couverture santé et prévoyance sur douze mois”, explique François Gin, directeur général du groupe Agrica. “En tant qu’assureur, en prévoyance par exemple, nous ne savons pas ce qu’il faudra garantir au minimum. Nous savons qu’il y aura un maintient à titre non contributif pour le salarié donc il va falloir, demain, garantir l’équilibre du contrat en prenant en compte cette charge nouvelle. Cela veut, évidemment dire que l’employeur et les salariés actifs financeront ces nouveaux droits”, ajoute-t-il.

Autre sujet majeur pour le groupe, la question de l’indépendance. Sur un marché concurrentiel, et avec une petite taille comme celle d’Agrica (500M d’euros de CA) est-il possible de rester seul dans la course? “C’est justement une réflexion stratégique que nous menons avec le conseil d’administration, et elle va nous occuper tout au long de l’exercice 2013“, explique François Gin.