Résultats 2015 : une année « respectable » pour l’assurance allemande

Les taux d’intérêt bas ont touché le business model de l’assurance-vie allemande en 2015. En dommages, l’ouragan Niklas a déclenché de nombreuses demandes d’indemnisation.

Pas de quoi sauter de joie : l’année 2015 ne restera pas dans les annales outre-Rhin, sauf pour ses faibles taux d’intérêt, qui ont pénalisé le secteur. L’association des assureurs allemands (GDV) a ainsi présenté ce mercredi 6 avril une année 2015 « stable, à un haut niveau » avec des résultats « respectables ». Les cotisations totales atteignent ainsi 193,8 milliards d’euros, en légère hausse de 0,6%. En France, à titre de comparaison, la FFSA a estimé le montant des cotisations à 208 Mds € en 2015, en hausse de 3,9%. La branche assurance-vie a été la plus touchée par le contexte de taux bas, les compagnies allemandes distribuant des contrats d’assurance-vie à taux garantis élevés (une réforme de l’assurance-vie a débuté le 1er janvier 2015 en Allemagne) : la branche accuse une baisse de 1,1% des cotisations, à 92,7 Mds €. La comparaison est d’autant moins flatteuse que l’année 2014 avait fait figure de record en Allemagne.

L’assurance dommages termine l’année 2015 avec des cotisations en hausse de 2,7%, à 64,3 Mds €. Dans le détail, les cotisations grimpent en auto de 3,5% (à 25,2 Mds €, contre 20 Mds € en France) et de 3,8% pour les autres dommages aux biens. Les indemnisations versées en 2015 ont quant à elles bondi de 5,2%, à 47,7 Mds €. Le seul ouragan Niklas, qui a sévi en avril 2015 en Allemagne, a occasionné 750 millions d’euros de réparations.

En pleine mutation

Et les assureurs allemands ne sont pas spécialement optimistes pour 2016 : « L’année en cours ne sera certainement pas plus simple que 2015. La période de taux d’intérêt bas dure, la réserve additionnelle de taux d’intérêt (ZZR) doit être utilisée, le recadrage du secteur par Solvabilité 2 se poursuit, et la digitalisation accélère la mutation de notre industrie. Tous ces sujets nous préoccupent. Mais ils constituent aussi une chance de faire notre mue », a affirmé Alexander Erdland, président de la GDV, lors d’une conférence de presse à Berlin. Le marché allemand anticipe une nouvelle fois des résultats très légèrement en hausse pour 2016.