Résultats 2013 : Année correcte pour CCR malgré les sinistres

La Caisse centrale de réassurance (CCR) a enregistré une hausse de sinistres qui affecte son résultat mais la comparaison avec 2012 pèse également. Sur les premiers mois de 2014, les intempéries ont déjà coûté autant que en moyenne annuel.

La garantie d’Etat dont bénéficie la Caisse centrale de réassurance a été au cœur d’un débat en 2013. Mais la CCR a joué son rôle en prenant en charge une fréquence de sinistre élevée sur la période et boucle l’année sur une note postivie. “Les résultats sont très satisfaisants“, explique Stéphane Pallez, Présidente-directrice générale du réassureur.

En 21013, la charge de sinistre a été “significative” mais n’a pas fait varier CCR de sa “stratégie menée depuis 2011“, lui permettant de “rester en ligne avec les objectifs” et d’être “rentable sur toutes les activités“.

CCR a ainsi terminé 2013 avec un résultat net positif en réassurance avec garantie d’Etat comme en réassurance de marché. En réassurance de catastrophes naturelles, le résultat est de 174M d’euros. 24M d’euros viennent s’ajouter pour de la réassurance avec garantie d’Etat mais hors Cat Nat. Enfin, les activités de “réassurance de marché” parviennent à dégager un bénéfice de 11M d’euros, principalement grâce à un recentrage de l’activité et la fin des provisions pour les sinistres asiatiques de 2011 (inondations en Thaïlande).
“Le résultat est particulièrement satisfaisant. C’est une rentabilité normale compte tenu de notre profil de risque” commente Stéphane Pallez.

2014, déjà une année difficile ?

Dans sa stratégie, CCR a en effet délaissé certaines affaires sinistrées pour se recentrer sur l’Europe, le Canada principalement. La réassurance non-vie compte pour 80% de cette activité de réassurance marché, et 60% est faite en Europe, y compris en France. Peu exposée en Allemagne (8,2M d’euros pour 7Mds de dommages assurés) et au Canada (7,8M d’euros pour 1,1Md de dommages assurés), CCR s’en sort bien mais souffre d’un effet de comparaison sur le résultat net puisque l’année 2012 avait été marquée par des exceptionnels selon CCR. “Il s’agit d’un résultat plus pur en termes de reflets de nos activités” selon Stéphane Pallez.

Reste que 2014 s’annonce difficile. Sur les deux premiers mois de l’année, les inondations ont coûté entre 300 et 450M d’euros pour le marché de l’assurance selon CCR. Sachant que le coût moyen annuel des sinistres inondations se situe habituellement à 500M d’euros, la suite de l’année s’annonce particulièrement sous pression pour les assureurs de biens.