Résultats 2012 : Un bénéfice net stable pour CNP Assurances malgré un recul de l’activité

 

Le premier assureur de personnes en France, CNP Assurances, a souffert d’un contexte « hostile » qui a fait reculer son activité au premier semestre mais a tout de même réussi à limiter le repli (-0,5%) de son bénéfice net à 540M d’euros, a-t-il annoncé vendredi dans un communiqué.

Les ventes du groupe se sont établies de janvier à juin à 13,3Mds d’euros, soit un niveau inférieur au consensus établi par Bloomberg, qui tablait sur 13,6Mds.

Cette baisse est principalement imputable au segment de l’épargne, « qui souffre notamment de la concurrence des produits bancaires sur l’ensemble des zones d’implantation », selon CNP Assurances, et a vu son revenu diminuer de 15%.

A l’inverse, « l’assurance-emprunteur (+3%) et la prévoyance (+10%), qui sont des activités qui dégagent de meilleures marges ont progressé », s’est félicité Jim Root, directeur des relations investisseurs de CNP Assurances lors d’une conférence téléphonique.

Sur les six premiers mois de l’année, le revenu brut d’exploitation de l’assureur a résisté (+0,5%), à 1,1Md d’euros, bénéficiant d’une baisse des coûts de 2,5%.

Le groupe a également diminué son exposition aux dettes souveraines de plusieurs pays périphériques de la zone euro (Espagne, Italie, Irlande et Portugal) de 17%, pour la ramener à 15,5Mds d’euros au 30 juin. Il a précisé en outre s’être « désengagé » de la dette grecque.

Toujours du côté du risque, il a réduit sa poche d’actions, qui ne représentait plus que 7,7% de ses actifs totaux (hors unités de comptes) fin juin, contre 9,3% fin 2011. L’objectif est de la ramener dans une fourchette comprise entre 7% et 7,5%, a précisé M. Root.

Le résultat net a été en partie rongé par des éléments exceptionnels pour 104M d’euros, a précisé CNP Assurances, dont 163M s’expliquent par une dotation brute à la PPE (provision pour excédent).

Cette réserve, alimentée au fil des exercices, sert à assurer la pérennité des rendements des contrats d’assurance-vie et à éviter les soubresauts.

En assurance-vie, placement à la peine depuis plusieurs mois face à la concurrence des livrets bancaires, l’assureur a enregistré en France une décollecte nette de 718M d’euros sur la période.

Dans le détail, CNP Assurances a particulièrement pâti du ralentissement prononcé de la collecte dans le réseau Caisse d’Epargne (chiffre d’affaires en baisse de 26,9%), l’un des deux grands canaux de distribution du groupe, avec la Banque Postale (léger repli de 0,6%).

Par zone géographique, la France reste largement le principal marché du groupe, avec un chiffre d’affaires de 10,8Mds d’euros (-10,5%) et l’international pèse pour 20% de l’activité, surtout en Amérique du Sud.

Côté gouvernance, s’il a réglé la succession d’Edmond Alphandéry au poste de président avec la nomination de Jean-Paul Faugère fin juin, le premier assureur de personnes en France doit encore désigner son nouveau directeur général, appelé à remplacer Gilles Benoist, lui aussi parti fin juin.

Jeudi, CNP Assurances avait annoncé avoir prolongé le mandat d’intérim d’Antoine Lissowski à cette fonction, dont le nouveau titulaire sera connu « au plus tard » lors du conseil d’administration du 25 septembre.

Paris, 27 juillet 2012 (AFP)