Résultats 2012 : AIG multiplie son bénéfice par plus de six

L’assureur américain nationalisé AIG a annoncé jeudi un bénéfice net part du groupe multiplié par six au premier trimestre à 3,2Mds de dollars et meilleur qu’attendu, assorti d’un chiffre d’affaires très au-dessus des prévisions.

Par action, le bénéfice ressort à 1,65 dollar alors que les analystes tablaient en moyenne sur 1,12 dollar. Le chiffre d’affaires a progressé de 6% sur un an à 18,4Mds de dollars alors que les analystes tablaient sur 8,96Mds en moyenne.

« AIG a généré un autre solide trimestre, ses activités principales d’assurance affichant toutes des bénéfices », a commenté le directeur général Robert Benmosche cité dans le communiqué du groupe.

Il a remarqué que la filiale d’assurance-dommage Chartis avait bénéficié de « demandes d’indemnisation pour catastrophes naturelles très faibles ».

Chartis a engrangé 1Md de dollars de bénéfices ce trimestre contre une perte de 424M de dollars un an plus tôt, due notamment au tremblement de terre massif de mars 2011 au Japon.

La filiale d’assurance-vie SunAmerica a gagné 1,3Md de dollars contre 1,2Md un an plus tôt.

La filiale de garantie de prêts immobiliers Mortgage Guaranty a en revanche vu son bénéfice reculer de 43% à 8M de dollars.

Les bénéfices de la filiale de location d’avions ILFC sont stables à 119M de dollars.

Interrogé sur la chaîne financière CNBC, le patron d’AIG a noté que l’assureur comptait terminer de « vendre des actifs non stratégiques comme ILFC », pour laquelle il cherche un repreneur à un prix qu’il juge satisfaisant. « Nous obtiendrons un prix satisfaisant, nous n’avons pas de raison de nous précipiter », a ajouté M. Benmosche.

Le groupe a versé des dividendes au Trésor et à la Fed pour 208M de dollars, contre 252M l’an dernier à la même époque.

L’assureur AIG, symbole de toutes les dérives de la finance pendant la crise, a reçu des aides publiques de plus de 180Mds de dollars pour éviter la faillite au plus fort des turbulences financières de 2008-2009.

Le Trésor américain détient encore environ 70% du groupe.

L’action reculait de 1,3% à 33,7 dollars vers 20H30 GMT lors des échanges électroniques faisant suite à la clôture de la séance officielle.

New York, 3 mai 2012 (AFP)