Résultats 2011 : ZFS réalise une année solide malgré les cat’ nat’

L’assureur suisse Zurich Financial Services (ZFS) a réalisé une solide année 2011, malgré les très nombreuses catastrophes naturelles qui ont pesé sur le résultat, a-t-il annoncé jeudi. 

Le bénéfice net du groupe a augmenté de 10% à 3,8Mds de dollars (2,9Mds d’euros), un résultat conforme aux attentes des analystes. Dans l’assurance dommage, le cœur de métier de ZFS, les primes brutes encaissées sur la période ont augmenté de 5% à 34,6Mds de dollars.

L’année a été chargée en catastrophes naturelles pour les assureurs, avec le séisme et le tsunami au Japon et le tremblement de terre en Nouvelle-Zélande, les inondations en Australie et en Thaïlande, ainsi que les ouragans aux Etats-Unis. L’exercice avait été qualifié par l’assureur zurichois « de pire année pour les catastrophes depuis 2005 ».

Face à la recrudescence des catastrophes naturelles, le ratio combiné, qui mesure le rapport entre les frais de gestion et les coûts des sinistres par rapport aux primes encaissées, s’est dégradé de 0,9 point à 98,8%.

Bon résultat malgré les cat’ nat’

« Nous avons dégagé un bon résultat lors d’une année marquée par les catastrophes naturelles », a estimé le directeur général Martin Senn, cité dans le communiqué. « La fréquence exceptionnelle des catastrophes naturelles a eu un impact négatif sur le ratio combiné », alors que l’environnement économique difficile et la volatilité des marchés ont pesé sur le résultat, a souligné M. Senn lors d’une conférence de presse téléphonique.

« Je ne suis pas du tout déçu, je me sens en confiance en ce qui concerne les résultats », même si la rentabilité des fonds propres, qui a atteint 11,9% l’année dernière, est restée en dessous de l’objectif des 16%, a-t-il ajouté.

Acquisitions

Malgré ces difficultés, le groupe a continué à développer son activité dans les pays émergents, avec des acquisitions en Amérique latine et en Malaisie. En février 2011, ZFS a signé un accord avec Santander pour prendre une participation dans les activités d’assurance en Amérique latine du premier groupe bancaire espagnol.

Cette opération doit faire du groupe helvétique le quatrième assureur de la région, qui pourra s’appuyer sur un réseau de 5.600 banques et sur les 36 millions de clients de Santander. « Nous bénéficions d’une très bonne présence en Amérique latine, l’objectif est de la solidifier », a ajouté M. Senn, qui se dit disposé à étudier des opportunités d’acquisition.

Pays périphériques

Le patron de ZFS s’est également déclaré « à l’aise » avec l’exposition du groupe aux pays périphériques de la zone euro, en proie à une crise des dettes publiques. L’exposition du groupe s’élève à 6% des actifs.

ZFS va proposer à ses actionnaires le versement d’un dividende de 17 francs suisses par titre, inchangé par rapport à l’année dernière. Le groupe a par ailleurs annoncé mercredi soir qu’il voulait changer de nom et opter pour Zurich Insurance Group pour mieux refléter les activités d’assurance de la société.

Recul en bourse

Le conseil d’administration va proposer ce changement aux actionnaires lors de l’assemblée générale annuelle du 29 mars. A la Bourse suisse, l’action ZFS reculait de 1,72% à 229 francs suisses,  dans un marché en baisse de 0,52% à 08H56 GMT.

Bien que l’impact des catastrophes naturelles, qui ont pesé à hauteur de 3,5 Mds de dollars sur le résultat, était attendu, les traces laissées par ces événements ne devraient pas réjouir les investisseurs, ont estimé les analystes de Notenstein.

ZURICH (Suisse), 16 fév 2012 (AFP)