Résultats 2011 : Metlife conforté dans sa stratégie de différenciation

    Metlife France signe un chiffre d’affaires de 180M d’euros pour 2011 et conforte sa stratégie de différenciation sur ses deux business, l’assurance emprunteur et le marketing direct.

    En France, le groupe enregistre un chiffre d’affaires de 180,3M d’euros pour 2011 et un résultat net de 16,5M d’euros. Anciennement Alico, intégré au sein de l’américain Metlife l’année dernière, l’assureur de personnes poursuit son développement sur les marchés de niche, avec deux activités principales : l’assurance emprunteur enregistre une croissance de 10% par rapport à 2010, avec un positionnement sur le risque hors-norme. Et le marketing direct, en revanche, chute de 5% à cause du repli du crédit à la consommation, qui constitue le gros des partenariats.

    « Le partenariat avec Tati marque bien la volonté de redynamiser notre modèle de marketing direct en intégrant Internet et en s’appuyant sur l’acquisition que nous avons faite en 2010 avec le comparateur Hyperassur et, c’est une nouveauté, en développant un positionnement d’intégrateur. Donc en étant plus simplement assureur, en étant toujours distributeur mais en intégrant des composantes d’offres IARD qui sont acquises auprès d’organismes assurantiels externes » a déclaré Joël Farré, directeur général de Metlife France au micro de News Assurances PRO.

    Si l’assureur de Snoopy ne croit pas en l’émergence prochaine de l’assurance en ligne, il poursuit en revanche des partenariats pour développer une stratégie de distribution multi-canale et notamment sur Internet.  « Le processus de souscription doit être complétée par une rencontre en face à face ou par téléphone. C’est sur ces chaînages que nous travaillons pour 2012 », a poursuivi Joël Farré.

    Le marché des TNS et des très petites entreprises pour 2012

    Côté perspectives, une diversification de l’assureur est prévue sur le marché des travailleurs non-salariés (TNS) et des très petites entreprises (moins de 10 salariés). Après Tati en début d’année, Metlife travaille également sur d’autres partenariats avec des acteurs de l’e-commerce ainsi que des acteurs de la téléphonie mobile. L’intégration dans le groupe s’est effectuée sans encombre selon le directeur général. L’assureur faisait précédemment partie du groupe britannique AIG via la filiale Alico.

    Metlife, acteur de l’assurance-vie et de la prévoyance salariée, est présent dans 18 pays. Le groupe conçoit Solvabilité II comme une « opportunité », et  a donc choisi de constituer une holding en Irlande d’ici 2013, qui regroupera les 18 sociétés, transformées en succursales. « Le groupe Metlife réalisera des économies significatives en termes d’immobilisation de fonds propres », selon Joël Farré. Concernant l’activité en France, la réglementation est également avantageuse puisque le business model est centré sur la prévoyance qui requiert un besoin plus faible de fonds propres.