Résultats 2010 / FFSA : Cap sur la dépendance

La FFSA vient de rendre public les chiffres du secteur de l’assurance pour l’année 2010. Sur cette période, les prestations en assurances de personnes (assurance vie, retraite, prévoyance, dépendance) sont en hausse. La Fédération Française des Sociétés d’Assurance veut également se concentrer sur le chantier de la dépendance qui devrait prendre une large place en 2011.

En 2010, les prestations en assurances de personnes sont en augmentation de 7% à 106,1Mds d’euros. Elles atteignent 12,1Mds d’euros en assurance maladie et accidents, soit une hausse de 6% par rapport à l’année 2009. En ce qui concerne la santé en particulier, les prestations versées par les organismes d’assurances (Assureurs, Mutuelles et Institutions de Prévoyance) s’établissent à 24,4Mds d’euros, contre 135Mds pour les prestation publiques.

(Sources : FFSA)

2011, l’année de la dépendance

Si les prestations versées par les organismes d’assurances au titre de la dépendance ne s’établissent qu’à 200M d’euros en 2010 (contre 5,1Mds pour les prestations publiques), c’est parce que le « marché est non mature », selon Jean-François Lequoy, délégué général de la FFSA. A la fin 2009, tous types de contrats confondus, plus de 2M de personnes étaient assurées au titre de la dépendance auprès des sociétés d’assurances.

Pourtant, la problématique de la perte d’autonomie des personnes âgée est un des objectifs majeur de la fédération pour l’année à venir. « En 2011, la FFSA sera ouverte et active sur ce chantier », rappelle Bernard Spitz, président de la FFSA, qui ajoute que « la préparation de la protection de la dépendance passe également par l’épargne à long terme, donc par l’assurance-vie ».

L’expérience des assureurs

Interrogé sur l’avancement des débats publics lancés par le gouvernement il y a quelques semaines, Bernard Spitz s’est exprimé sur la proposition de mise en place d’une assurance obligatoire pour financer la perte d’autonomie. « La position de la FFSA a toujours été la même, nous pensons que ce n’est pas aux entreprises de décider ce qui est obligatoire ou pas » a lancé  le président de la FFSA. Et ce dernier d’ajouter que « les assureurs ont une expérience en la matière, et ils pourront l’utiliser et la partager avec les autres. Nous aurons l’occasion de mettre en place un vrai partenariat public /privé » ajoute-t-il. « C’est la première fois que nous devons affronter une situation pareille et c’est aussi la première fois que l’on peut réussir à traiter un sujet que l’on voit arriver, sans être au pied du mur », conclut ce dernier.